Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Lille : le groupe HEI-Isa-Isen se cherche un nouveau nom, trois ans après la fusion des trois écoles

Le groupe HEI-Isa-Isen a obtenu, fin juillet 2015, la qualification d’Eespig (lire sur AEF), qui souligne sa spécificité "d’établissement d’enseignement supérieur privé d’intérêt général". Cette reconnaissance par l’État marque une étape importante dans la fusion des trois écoles d’ingénieurs lilloises. "C’est une avancée car nous vivions jusqu’ici dans une sorte de précarité juridique avec l’État", se félicite Jean-Marc Idoux, directeur général du groupe. Prochain rendez-vous, début 2016 : le choix d’une marque commune, visible à l’international. Le groupe forme aujourd’hui 4 000 étudiants et emploie 400 salariés permanents.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les 9 premiers établissements privés qualifiés "d’intérêt général" (Eespig) publiés au BO du 23 juillet 2015

L'Edhec, le groupe HEI-ISA-Isen, l’Eisti, l’ESTP, l’Esitc (Cachan), l’Essec, l’Institut catholique de Lille, l’Iéseg et Skema sont les 9 premiers établissements d’enseignement supérieur privés à obtenir le label "Eespig", indique le BO du 23 juillet 2015. L’arrêté court jusqu’au 31 décembre 2019. Cette qualification a été créée par la loi ESR du 22 juillet 2013 pour labelliser les établissements privés d’enseignement supérieur à but non lucratif et qui sont en contrat avec l’État. Elle "devrait permettre de clarifier le secteur de l’enseignement supérieur privé en distinguant les établissements à but non lucratif, contribuant au service public de l’ESR, délivrant des diplômes au nom de l’État et régulièrement contrôlés par l’autorité publique", explique la Fesic dans un communiqué qui salue la publication de ce premier arrêté.

Lire la suiteLire la suite