Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Licence, master et doctorat : l’AUF publie 3 "guides d’accompagnement" de formations francophones (Asie-Pacifique)

Le bureau Asie-Pacifique de l’AUF (Agence universitaire de la francophonie) met en ligne mercredi 25 novembre 2015 trois "guides d’accompagnement d’un cycle de formation universitaire francophone", en licence, en master et en doctorat. L’objectif est double : d’une part accompagner les établissements "dans leur volonté de mettre en place des projets inter-universitaires de formation francophone de niveau licence, master et doctorat", d’autre part "mobiliser une offre d’expertise francophone à travers les pôles scientifiques régionaux dans le cadre d’une approche par projet".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Projet de loi ESR : en valorisant l'anglais, « le risque est de se couper de la jeune intelligence » francophone (Bernard Cerquiglini, AUF)

« Tel que l'article [du projet de loi enseignement supérieur et recherche (AEF n°193314 et n°193100) est formulé, l'anglais est valorisé et à terme la France se détourne de sa mission historique auprès de la communauté internationale francophone scientifique », s'inquiète Bernard Cerquiglini, recteur de l'AUF (Agence universitaire de la francophonie), interrogé par AEF le 19 avril 2013. Alors que l'association doit tenir son assemblée générale à São Paulo (Brésil) du 7 au 10 mai prochain, Bernard Cerquiglini fait valoir que, « dans les faits, le français est une langue internationale de savoir attractive ». Pour lui, mettre en avant l'anglais ne signifie pas accroître l'attractivité des universités : « pourquoi un étudiant non francophone irait faire ses études en anglais en France plutôt qu'aux États-Unis ? Le risque est bien plutôt de se couper de la jeune intelligence » issue de la francophonie.

Lire la suiteLire la suite