Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Biodiversité : les moyens humains et financiers accordés à la future agence inquiètent les députés (audition)

"Comment voyez-vous la montée en puissance des financements de l’agence française pour la biodiversité? Cela va être compliqué dans un contexte très contraint", s’inquiète Geneviève Gaillard, députée SRC des Deux-Sèvres lors de l’audition en commission de trois préfigurateurs de la future agence, le 25 novembre 2015. Pour Jean-Marie Sermier (LR, Jura), il "n’y aura pas de moyens supplémentaires". "Mais une priorité sans moyens", cela se résume "à une déclaration de principe", dénonce-t-il. Laurence Abeille (Écolo, Val-de-Marne) aurait, elle, "aimé un réel coup de pouce" financier tandis que Philippe Plisson (SRC, Gironde) a demandé la création d’une nouvelle taxe. À ces questions, Annabelle Jaeger, préfiguratrice, a répondu : "Le souci des moyens, on le partage." Concernant l’ONCFS, autre sujet de débat, Olivier Laroussinie, préfigurateur, a indiqué que des discussions étaient en cours.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Projet de loi biodiversité : les ONG environnementales dénoncent des reculs lors de l'examen en commission au Sénat

"La commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat vide le projet de loi sur la biodiversité de ses mesures phares", jugent vendredi 10 juillet 2015 FNE et la LPO dans un communiqué commun, deux jours après l’adoption du texte en première lecture (lire sur AEF). La commission, saisie sur le fond, "entérine des reculs inacceptables", réagissent pour leur part Humanité & Biodiversité et la FNH (Fondation Nicolas Hulot). Les sénateurs sont revenus sur l’interdiction des néonicotinoïdes, de la chasse à la glu et des bâches publicitaires sur les monuments historiques et se sont opposés à la création de "zones prioritaires pour la biodiversité". En revanche, les sénateurs ont introduit le préjudice écologique dans le code civil et l’interdiction du chalutage en eau profonde.

Lire la suiteLire la suite