Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Financement de la protection sociale : "l’intervention d’assureurs privés bouscule le système" (C. Jacquinet)

"Quels impacts" ont les réseaux de soins "sur l’exercice libéral dans les établissements de santé privés, à l’heure de la loi de santé ?" : c’était la question posée par l’URPS Rhône-Alpes à Christophe Jacquinet, président de la société de conseil en santé Santéliance, et Frédéric Bizard, économiste de la santé et enseignant à l’IEP de Paris, lors d’une conférence organisée jeudi 19 novembre 2015 à Lyon. "En 2017, lors de la prochaine mandature, la question du modèle de protection sociale que l’on souhaite avoir dans notre pays va vraiment être posée", insiste l’ancien DG de l’ARS Rhône-Alpes. Il évoque "trois chocs", qui "bousculent" le modèle actuel : parmi eux, la participation croissante d’acteurs privés, mutuelles ou assurances, au financement du système de santé. Une présence qui pourrait se traduire par le renforcement des réseaux de soins.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La loi sur les réseaux de soins mutualistes est validée par le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel, dans une décision en date du 23 janvier 2014, a jugé conforme à la Constitution la loi relative aux modalités de mise en oeuvre des conventions conclues entre les organismes d'assurance maladie complémentaire et les professionnels, établissements et services de santé. En réponse à une saisine déposée par des députés d'opposition, le Conseil constitutionnel a estimé que les dispositions de la loi n'entamaient ni le principe d'égalité devant la loi, ni la liberté d'entreprendre des opticiens lunetiers. La FNMF s'est félicitée de cette validation finale de la loi, jugeant qu'elle permettra « d'améliorer la qualité des prestations, de réduire le reste à charge pour les patients, de réguler les tarifs et ceci dans le cadre de contrats signés avec les professionnels de santé qui le souhaitent. » 

Lire la suiteLire la suite