Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le ministère rouvre les discussions sur le bilan des réformes du lycée

"Six ans après la mise en œuvre de la rénovation de la voie professionnelle et cinq ans après celle de la réforme des lycées, leurs premiers effets peuvent être appréciés, sans pour autant bénéficier encore d’un recul suffisant pour conclure sur la réussite des nouveaux bacheliers dans l’enseignement supérieur", indique le MENESR dans une fiche de travail dont AEF a eu copie. La première réunion d’un groupe de travail avec les syndicats devrait s’ouvrir la semaine prochaine, une réunion prévue ce 20 novembre a été reportée en raison des attentats à Paris. Les discussions de travail prévues jusqu’en avril 2016 devraient être organisées autour de quatre thématiques détaillées chacune dans une fiche : parcours, orientation et égalité des chances au lycée ; évaluation et certification ; préparation de "l’après lycée" ; démocratie, autonomie des établissements et vie lycéenne.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
"La question de réduire le volume des enseignements au lycée mérite d’être posée" (MENESR)

"La question soulevée par la Cour des comptes de réduire le volume des enseignements mérite d’être posée", indique le MENESR dans sa réponse au rapport sur "le coût du lycée" présenté le 29 septembre 2015 (lire sur AEF). En choisissant la période 2011-2012 pour son rapport, le ministère considère que la Cour des comptes a pris en compte un coût de fonctionnement des lycées qui n’était "pas stabilisé et sur lequel la réforme n’avait pas encore produit ses effets". Le ministère assure qu’il "partage l’objectif de la Cour de renforcer les outils communs à l’État et aux régions d’aide à la décision" pour l’allocation de moyens aux EPLE. Lors de la présentation à la presse de son rapport, Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, a déclaré que les pouvoirs publics disposaient des "leviers pour accroître la performance d’ensemble du système éducatif".

Lire la suiteLire la suite