Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La sélection en médecine génère des inégalités sociales et territoriales (Ceser Bourgogne)

Instaurer des entretiens, à l’issue de la Paces, pour "apprécier la motivation des étudiants" et pour réduire le poids excessif qu’ont les sciences dures dans la sélection en médecine : c’est l’une des préconisations du Ceser Bourgogne qui publie en octobre 2015 un avis sur l’accès aux soins. Le Ceser préconise également l’instauration de dispositifs "favorisant l’entrée en faculté de médecine de jeunes issus de zones sous-médicalisées […] disposés à s’installer en milieu rural à la fin de leurs études" (l’attribution de points supplémentaires par exemple). Cela permettrait de compenser les inégalités sociales générées par une sélection favorable aux jeunes urbains qui ont accès aux prépas privées. Il propose enfin d’"organiser au niveau régional les épreuves classantes en fonction des besoins de chaque région […] en termes de démographie médicale".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Épreuves classantes nationales : le taux de postes vacants en médecine générale passe de 18 % à 16 % entre 2010 et 2011 (Drees)

« Le nombre de postes ouverts restant vacants a diminué en 2011 » par rapport à 2010, indique la Drees dans sa dernière note « Études et résultats » datée de mars 2012 sur les affectations des étudiants en médecine à l'issue des ECN (épreuves classantes nationales) de 2011 (1). Ce nombre tombe à 685 (soit 9 % du total), contre 707 en 2010 (soit 10 %) « à la faveur notamment d'un meilleur taux d'affectation des postes en médecine générale » (AEF n°236900). Néanmoins, « 633 postes de cette discipline restent […] vacants », soit un taux de 16 % de places vacantes, contre 18 % en 2010. La santé publique (avec 86 % de postes pourvus) et la médecine du travail (68 %) sont les deux autres spécialités dont des postes restent vacants. Contrairement à la situation de la médecine générale, ces chiffres sont en baisse par rapport à l'année précédente (respectivement 91 et 73 %).

Lire la suiteLire la suite