Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

PLF 2016 : les dispositions en énergies et environnement adoptées en première lecture à l’Assemblée nationale

Le PLF 2016 a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale par 290 voix pour et 244 contre, mardi 17 novembre 2015. Plusieurs dispositions relatives à l’énergie et à l’environnement ont été adoptées, dont le rapprochement de la fiscalité diesel et essence, la prorogation du crédit d’impôt transition énergétique, la hausse de l'aide au développement, notamment en faveur de la lutte contre le changement climatique, la baisse des crédits du ministère de l’Écologie et de ses opérateurs, ou encore une aide en faveur des entreprises exposées à un risque de fuite de carbone. Le texte doit maintenant être examiné par le Sénat.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
PLF 2016 : le sénateur Eric Doligé (LR) demande de diminuer de 10 millions d’euros les crédits pour la COP 21

Le sénateur Éric Doligé (Les Républicains, Loiret) a déposé un amendement (adopté) visant à diminuer de 10 millions d’euros les crédits prévus pour 2016 dans le cadre de l’organisation de la COP 21, lors de l’examen de la partie dépenses du PLF 2016 en commission des finances, jeudi 29 octobre 2015. Il regrette également que la recherche de mécénat privé pour la COP 21, que le ministère des Affaires étrangères avait fixé à 20 % du budget total, ne serve qu’à "éponger les surcoûts de l’organisation". Le secrétaire général de la COP 21, Pierre-Henri Guignard, répond que "le budget est sous-contrôle", malgré des coûts supplémentaires dus à l’augmentation de la surface du site du Bourget et à la venue des chefs d’État.

Lire la suiteLire la suite