Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Manuel Valls évoque le prolongement de l’état d’urgence jusqu’à la COP 21

Manuel Valls annonce, samedi 14 novembre 2015, "le prolongement, sans doute – et il faut une loi pour cela —, de l’état d’urgence". Le Premier ministre s’exprimait sur TF1 au lendemain des attentats survenus à Paris qui ont fait, selon un bilan provisoire, 129 morts et 352 blessés (lire sur AEF). L’état d’urgence, décrété par François Hollande, est "une mesure exceptionnelle" qui donne aux forces de l’ordre les moyens "d’investiguer, de poursuivre, de perquisitionner 24 heures sur 24 et d’assigner à résidence". Manuel Valls indique que cette mesure pourrait être prolongée jusqu’à la COP 21, qui aura bien lieu du 29 novembre au 13 décembre 2015 à Paris (lire sur AEF).

"Parce que nous sommes en guerre, nous prenons des mesures exceptionnelles", indique Manuel Valls sur TF1, samedi 14 novembre 2015. Les terroristes ayant provoqué des attentats à Paris "sont très bien organisés. C’est une armée qui a décidé depuis des mois, des années de s’attaquer à la France." Et d’ajouter : "Nous frapperons cet ennemi pour le détruire en France et en Europe […] mais aussi évidemment en Syrie et en Irak. Nous répondrons au même niveau que cette attaque, avec une très grande détermination et la volonté de détruire."

"continuer à renforcer les moyens des forces de l’ordre"

"Une guerre nécessite des moyens exceptionnels, c’est les moyens que nous avons donnés à la police et à la gendarmerie par des postes supplémentaires. Nous allons continuer à renforcer ces moyens", annonce Manuel Valls. "Le président de la République s’exprimera bien sûr lundi devant le Parlement réuni en Congrès. Nous avons déjà donné beaucoup de moyens à la police, à la gendarmerie, aux services de renseignement, à nos armées, mais nous allons continuer."

Interrogé sur une éventuelle faille des services de renseignement, Manuel Valls déclare : "Au moment où nous pouvons subir d’autres attaques […], où – je suis prudent — trois hommes ont été arrêtés par la police belge […], où les enquêteurs sont sur le terrain pour comprendre ce qui s’est passé, à la poursuite des auteurs, vous n’entendrez de ma part aucun mot qui puisse mettre en cause le travail des fonctionnaires de police, de la gendarmerie, de nos soldats, de nos services de renseignement." Le Premier ministre rappelle que "cinq attentats ont été déjoués depuis l’été", mais qu’il n’y a "pas de risque zéro". "Nous devons nous attendre à d’autres répliques", ajoute-t-il.

Concernant la possibilité de placer en rétention les personnes faisant l’objet d’une fiche "S", proposition formulée par le député Laurent Wauquiez (LR, Haute-Loire), Manuel Valls déclare : "Je suis prêt à examiner toutes les solutions réalistes, conformes aux droits, à nos valeurs et qui soient efficaces". Il souligne toutefois qu’il y a "plus de 10 000 personnes qui sont sous cette fiche 'S'".

"la cop 21 se tiendra"

"La COP 21 se tiendra. C’est un rendez-vous essentiel pour l’humanité", annonce Manuel Valls. Les pouvoirs publics devront néanmoins être "très attentifs" et l’événement devra se concentrer "essentiellement sur le rendez-vous climat", prévient-il. "L’état d’urgence va devoir s’appliquer pour toute une série de manifestations", souligne le Premier ministre. Manuel Valls dément également tout report des élections régionales, les 6 et 13 décembre 2015.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Clément Giuliano, journaliste