Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

COP 21 : un convoi d’opposants à Notre-Dame-des-Landes partira le 21 novembre en direction de Paris

Le départ d'un convoi de cyclistes et de tracteurs "Cap sur la COP" organisé par différentes composantes du mouvement anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes est programmé samedi 21 novembre 2015 de Loire-Atlantique, annonce le mouvement le 13 novembre 2015. L'arrivée est prévue sept jours plus tard à Paris. Sept escales sont prévues sur cet itinéraire d’environ 400 kilomètres. Pour le moment, "plus de 200 personnes" y participent mais les organisateurs espèrent que la mobilisation prendra de l’ampleur au fil du trajet. D’autres convois sont d’ailleurs attendus en provenance de Dijon (Côte d’Or), de Bure (entre la Meuse et la Haute-Marne), d’Agen (Lot-et-Garonne) ou encore de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Notre-Dame-des-Landes : la cour administrative d’appel de Nantes saisie par 3 associations opposées au projet d’aéroport

L’Acipa, le CéDpa et l’Adeca annoncent par voie de communiqué, mercredi 16 septembre 2015, avoir saisi la cour administrative d’appel de Nantes de plusieurs requêtes contre les jugements rendus le 17 juillet dernier (lire sur AEF) par le tribunal administratif de Nantes sur les arrêtés loi sur l’eau et espèces protégées et sur la déclaration d’utilité publique du programme viaire. Ces trois associations, qui comptent désormais sur "un procès plus équitable", estiment que les jugements "occultent" certaines questions centrales, notamment l’atteinte à l’état de conservation des espèces protégées, la pérennité des mesures de compensation, l’indépendance de l’autorité environnementale ou encore l’absence d’examen des alternatives.

Lire la suiteLire la suite