Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

PLFSS, référencement : le président de la MFP met en garde contre des mesures "mortifères" pour la fonction publique

Y a-t-il une volonté des pouvoirs publics de remettre en cause le modèle des mutuelles de la fonction publique ? C'est la question que pose le président de la MFP, Serge Brichet (1), dans un entretien accordé à l'AEF. Outre les critiques portées sur les articles 21 et 39 du PLFSS 2016, qui conduiraient à une plus grande segmentation du marché de la complémentaire santé et à une possible remise en cause du modèle de délégation de gestion du RO, Serge Brichet s'inquiète aussi des préconisations du rapport Igas conduit par Jean-Michel Charpin sur l'aide de l'État à la complémentaire santé des agents de la fonction publique d'État (vidéo ci-dessous). Alors que les premières propositions de ce rapport commencent à fuiter, le président de la MFP dénonce des préconisations "mortifères" et lance avec les organisations syndicales une campagne de communication pour le contester. 

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
PLFSS : La MFP demande une plus grande sécurisation juridique de la délégation de gestion du régime obligatoire

La MFP se déclare insatisfaite des amendements adoptés sur le PLFSS et ses articles 21 et 39 (lire sur AEF). Dans un communiqué en date du 26 octobre 2015, la MFP juge que les amendements "en trompe l’œil" sur l’article 21 (1) "laissent subsister des risques importants", dont une segmentation accrue des risques, qui bousculerait la mutualisation mise en place par les mutuelles de la fonction publique. Sur l’article 39, la MFP acte la suppression de plusieurs dispositions "extrêmement problématiques", mais s’inquiète de la persistance de "points d’achoppements majeurs" sur la gestion des agents publics contractuels et sur la disparition des ayants droit, mesures qui bouleverseraient son modèle. La MFP s’interroge au final sur l’existence d’un "plan caché" du gouvernement pour "remettre fondamentalement en cause le modèle solidaire de protection sociale porté par les mutuelles".

Lire la suiteLire la suite