Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les coûts éditoriaux des revues SHS en France sont majoritairement assumés par la puissance publique (enquête BSN)

Le "coût massif" pour la publication d’une revue de SHS en France "est situé en amont de l’impression, où l’éditeur privé intervient rarement", mais qui "est assumé généralement par la puissance publique", constate Odile Contat, de l’INSHS-CNRS et membre du groupe "édition" de BSN, lors d’un colloque organisé par le CNRS les 9 et 10 novembre 2015. Exposant les résultats d’une enquête sur les coûts éditoriaux des revues scientifiques, elle évoque un coût salarial moyen de 42 000 € pour "l’ensemble des tâches de secrétariat de rédaction" financé sur fonds publics. L’implication financière des éditeurs serait essentiellement sur les coûts d’impression, de diffusion et de distribution, évalués à 11 200 € en moyenne. Présent à cette restitution d’étude, Marc Minon, président de Cairn.info, a notamment regretté que l’échantillon soit limité à 50 revues dont 9 recourant à des éditeurs privés.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Open access et SHS : « Depuis quelque temps nous assistons à une radicalisation néfaste des propos » (Marc Minon, Cairn.info)

« Nous sommes inquiets » car « depuis quelque temps, nous assistons à une radicalisation néfaste des propos » autour des archives ouvertes, considère Marc Minon, directeur de Cairn.info (1), lors d'une assemblée générale extraordinaire organisée à Paris le 11 février 2013 sur le thème des revues SHS (sciences humaines et sociales) et de l'open access. Les interventions de cette journée ont été filmées et sont disponibles sur internet. Alors que l'édition STM (science, technique, médecine) constitue « un secteur mondial dominé par quelques grandes associations savantes qui n'ont plus de 'non-profit' que le nom et quelques grands groupes d'édition internationaux avec des rentes de situation contre lesquelles il semble logique et rationnel que les établissements d'enseignement supérieur s'insurgent », la situation est tout autre pour les éditeurs de SHS. Sur Cairn, « seuls 7 % des titres appartiennent à des groupes éditoriaux, les autres sont édités par des PME ou des structures associatives ou coopératives avec un équilibre très fragile ». Pour Marc Minon, « si les pouvoirs publics et responsables d'établissements prennent des mesures inappropriées, le risque est de faire disparaître ces maisons et les titres dont elles ont la charge ».

Lire la suiteLire la suite
SHS : l'alliance Athéna est prête à développer la bibliométrie pour valoriser la recherche française à l'international

En SHS (sciences humaines et sociales), « il serait nécessaire de disposer de données bibliométriques par discipline pour que [l']effort de recherche soit valorisé », et « l'alliance Athéna (Alliance thématique nationale des sciences humaines et sociales) pourrait être mobilisée » pour « les développer, les consolider et les centraliser ». Telle est l'une des six propositions que formule l'alliance dans le rapport de son groupe de travail sur l'internationalisation des SHS, publié le 26 septembre 2012. L'alliance estime que « ce sont ces mesures, à condition qu'elles soient faites avec rigueur et sans distorsion, qui permettront de donner le crédit international dont manquent aujourd'hui certaines disciplines des SHS ». Le groupe de travail rappelle que « la question de la position des établissements français dans les classements internationaux est (…) délicate », pour ne pas dire plus : « Le classement de Shanghai permet de constater chaque année que c'est une vraie question qui fâche. »

Lire la suiteLire la suite