Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le gouvernement veut autoriser les officiers de police judiciaire à consulter le fichier des comptes bancaires

Le gouvernement souhaite permettre aux officiers de police judiciaire de consulter le Ficoba (fichier national des comptes bancaires). Un amendement au projet de loi de finances pour 2016, qui doit être examiné en séance publique vendredi 13 novembre 2015, prévoit ainsi que les policiers et gendarmes puissent bénéficier d’un "accès direct" à ce traitement de données "pour les besoins de l’accomplissement de leur mission". Le Ficoba "recense l’ensemble des comptes bancaires ouverts en France et contient des informations (nom, prénom, adresse, date et lieu de naissance) sur leurs titulaires, qu’ils soient ou non résidents français", rappelle le gouvernement.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Fraude sociale : les pouvoirs du Cnaps et des services de renseignement élargis par le gouvernement

Les députés examinent en commission des Affaires sociales, mardi 13 octobre 2015, une disposition du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 permettant aux agents du Cnaps et à ceux des services de renseignement d’effectuer des signalements aux organismes sociaux. Pour lutter contre le travail illégal, les agents du Cnaps pourront ainsi échanger des informations avec l’inspection du travail, les caisses de sécurité sociale ou encore avec Pôle emploi. Les services de renseignement pourront, pour leur part, faire des signalements afin de lutter contre le versement de prestations sociales à des bénéficiaires soupçonnés de se livrer à des activités terroristes.

Lire la suiteLire la suite