Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Radicalisation : "L’indispensable réponse sécuritaire n’est pas, à elle seule, suffisante" (Bernard Cazeneuve)

"Nous connaissons aujourd’hui beaucoup mieux qu’auparavant le phénomène de la radicalisation violente dans toute sa complexité", affirme le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, en ouverture de la journée de réflexion sur la prévention de la radicalisation organisée au ministère de l’Intérieur, jeudi 12 novembre 2015. "Nous savons désormais que la menace à laquelle nous sommes confrontés a changé de nature […]. Aujourd’hui, nous constatons que le risque provient de personnes qui sont nées ou qui ont grandi parmi nous et qui, au terme d’un processus de radicalisation, tombent dans le fanatisme et la violence armée", souligne-t-il.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Radicalisation: "Nous devons reproduire au niveau régional ce que nous faisons à l’échelle nationale" (Dounia Bouzar)

"Pour que la déradicalisation fonctionne, nous devons reproduire au niveau régional ce que nous faisons déjà à l’échelle nationale." C’est ce qu’affirme à AEF l’anthropologue Dounia Bouzar, fondatrice du CPDSI (Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam). Alors que les cellules de suivi départementales sont désormais toutes installées (lire sur AEF), le ministère de l’Intérieur vient de se doter d’un nouvel outil de déradicalisation au niveau local : une équipe mobile d’intervention, pilotée par le CPDSI. Cette cellule de "désembrigadement" sillonne toute la France, à la demande des préfets, afin d'"appuyer les cellules de suivi départementales dans leur action", comme l’indique le directeur du cabinet du ministre, Michel Lalande.

Lire la suiteLire la suite