Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Airbus assurera la maintenance de 50 hélicoptères de la gendarmerie et de la sécurité civile

La société Airbus Helicopters annonce la signature d’un contrat d’une durée de cinq ans pour la maintenance des cinquante hélicoptères EC145 de la gendarmerie nationale et de la sécurité civile, jeudi 12 novembre 2015. Ce contrat de services, jugé "historique" comprend "des services de support à l’heure de vol, de logistique et d’assistance technique", indique la filiale dédiée aux hélicoptères du groupe d’aérospatial et de défense Airbus. Ce contrat est évalué à 113 millions d'euros hors TVA.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Hélicoptères : la mutualisation entre la gendarmerie et la sécurité civile est "insuffisante" (P. Morel-À-L’Huissier)

La mutualisation des flottes héliportées de la gendarmerie nationale et de la sécurité civile "s’avère, après cinq ans, insuffisante", affirme le député UMP de Lozère, Pierre Morel-À-L’Huissier, rapporteur pour avis de la commission des Lois, dans son projet d’avis sur les crédits du programme "sécurité civile" du projet de loi de finances pour 2015, présenté à l’Assemblée nationale, lundi 27 octobre 2014 (lire sur AEF). "Au regard de ces résultats mitigés, il semble nécessaire de retenir une solution plus ambitieuse, celle de l’unification des flottes de la sécurité civile et de la gendarmerie nationale", affirme-t-il. Il estime que "l’unification d’une flotte propre au ministère de l’Intérieur, associée à un redécoupage territorial de l’implantation des appareils, ne devrait pas avoir de conséquence sur la qualité de la réponse publique".

Lire la suiteLire la suite