Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Collège : "abandonner la réforme", unique objectif commun de l'intersyndicale du second degré

"C'est évident qu’il y aurait des problèmes dans l’intersyndicale si l’on discutait des projets de réforme du collège imaginés par chacun. Mais le problème n’est pas celui-là", tranche Patrick Désiré, secrétaire général de la CGT Éduc'action, interrogé par AEF sur son appréciation du 'collège modulaire' proposé par le Snalc, à l’occasion d’une conférence de presse de huit des treize syndicats unis contre la réforme du collège(1), le 12 novembre 2015. "Dans le cadre de l’intersyndicale nous demandons l’abandon de la réforme du collège et donc des deux textes qui la définissent", recadre-t-il. "De notre point de vue, les suites de l’action passent par la grève", affirme Jacques Paris, secrétaire général du SNFOLC. Sans annoncer de nouvelle date pour l’instant, l’intersyndicale appelle les personnels à "débattre d’une grève majoritaire" dans leur établissement (lire sur AEF).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La réforme du collège, toile de fond d'un "débat d'humeur" entre les IEN et les IPR de l'Unsa

À l’Unsa, la réforme du collège fait débat entre les IEN syndiqués au Sien et les IPR syndiqués au Snia-IPR. Ainsi le Sien publie-t-il sur son site, "par la voie du pastiche", "la lettre d’Andromède" où un IEN anonyme s’interroge sur le comportement de "mercenaires" des IPR à qui il "faudrait quelque menue monnaie" "pour stimuler leur envie de s’investir". Le Sien se dit "choqué" alors que le Snia-IPR reproche à la ministre de l’Éducation nationale de ne pas avoir répondu à "sa demande d’évolutions indiciaires" dans son discours aux inspecteurs le 30 septembre et l’interroge de ce fait sur ses intentions pour "faire en sorte que les IA-IPR se lancent dans [l]e combat" de la réforme du collège. Pour mieux comprendre leurs positions respectives, AEF interroge Patrick Roumagnac, secrétaire général du Sien et Roger Keime, secrétaire général du Snia-IPR.

Lire la suiteLire la suite