Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

IUT de Saint-Denis : "Un référé administratif s’impose" contre la suspension de Samuel Mayol (Richard Malka, avocat)

"Cette annonce est délirante. J’ai rarement vu une telle violence s’exercer", réagit auprès d’AEF Richard Malka, avocat de Samuel Mayol, à la suite de la décision de Jean-Loup Salzmann, président de Paris-XIII, de suspendre le directeur de l’IUT de Saint-Denis et d’engager une procédure disciplinaire, jeudi 12 novembre 2015 (lire sur AEF). "Cette décision sera attaquée, il est hors de question de l’accepter. Un référé administratif s’impose et une requête sera déposée aujourd’hui ou demain", assure-t-il. "La justice va devoir s’exprimer sur ce sujet, et ce n’est pas une mauvaise chose". Pour Richard Malka, "la lecture que fait Jean-Loup Salzmann de la nouvelle mission demandée par le ministère à l’IGAENR est en contradiction avec la volonté d’apaisement demandée" (lire sur AEF) et est "le signe d’un manque d’objectivité de la part du président de Paris-XIII".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
IUT Saint-Denis : "soupçons" autour du directeur, Paris-XIII confirme avoir déposé "une main courante"

Le directeur de l’IUT de Saint-Denis est "soupçonné d’avoir introduit des tapis de prière dans le local d’une association étudiante musulmane pour accréditer la thèse de l’emprise islamiste sur son établissement, ce qu’il nie", d’après une information de l’AFP, reprise notamment par Le Monde, lundi 19 octobre 2015. Il est précisé que "la PJ de Seine-Saint-Denis s’est rendue sur place vendredi 16 octobre" 2015. De son côté, la direction de Paris-XIII confirme "avoir déposé une main courante [le même jour], suite à la découverte de nouveaux éléments dans un local associatif de l’IUT", dans un communiqué envoyé ce lundi. Elle ne souhaite pas "s’exprimer davantage […] afin de laisser l’enquête de police suivre son cours" et termine : "Nous accordons toute notre confiance aux enquêteurs de police et nous travaillons en étroite collaboration avec eux afin de trouver le ou les coupables".

Lire la suiteLire la suite
IUT de Saint-Denis : l’association Anticor porte plainte; Paris-XIII affirme qu' "aucune heure n’a été payée indûment"

L’association Anticor (1) a déposé une plainte auprès du procureur de Bobigny le 2 octobre 2015 pour "établir la responsabilité d’une poignée d’enseignants mis en cause dans la facturation indue d’heures d’enseignements" à l’IUT de Saint-Denis, selon Le Point. Cela fait suite à un rapport de l’IGAENR pointant le "sous-service de plusieurs enseignants" (lire sur AEF). "Le délit présumé concerne 4 831 heures déclarées et non effectuées" et "représenterait un détournement possible de près de 196 000 €", d’après le journal. Paris-XIII assure par communiqué qu’un audit mené par la direction de l’université "a permis de vérifier qu’une partie des [heures litigieuses] (40 %) a été validée par la direction de l’IUT de Saint-Denis, qui en a attesté le service fait". "Le reste (60 %), n’a fait l’objet d’aucun paiement. Il en résulte donc qu’aucune heure n’a été payée indûment par l’université."

Lire la suiteLire la suite