Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le gouvernement prépare une modification des conditions de recrutement des recteurs

Un assouplissement des conditions requises pour être nommé recteur est prévu d'ici la fin de l’année civile, selon des informations recueillies par AEF. Cet assouplissement resterait toujours dans le cadre d’une limite de 20 % des postes et devrait permettre, par exemple, à des Dasen, des Igen et IGAENR de devenir recteur, après avis d’une commission dont l’appréciation sera rendue publique. Un projet de décret sera soumis au Conseil d’État d’ici la fin 2016. L’entourage de la ministre Najat Vallaut-Belkacem précise à AEF qu’il s’agit d’élargir le "vivier" pour "des fonctions qui requièrent de plus en plus de professionnalisme."

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le décret sur la nomination des recteurs et la mise en oeuvre de la loi HPST au Conseil des ministres du 28 juillet 2010

Le ministre de l'Éducation nationale, Luc Chatel, et la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, ont présenté le décret relatif à la nomination des recteurs d'académie, au Conseil des ministres mercredi 28 juillet 2010 (AEF n°265765). Ce décret prévoit qu'il est désormais « possible de nommer d'anciens secrétaires généraux de ministères ou directeurs d'administration centrale s'ils ont exercé ces fonctions pendant au moins trois ans ». « Le contingent dérogatoire est porté de 10 à 20 % », précis le compte-rendu du Conseil des ministres. Lors du CSE du 1er juillet, la majorité des organisations présentes avaient voté contre ce décret (AEF n°264815).

Lire la suiteLire la suite