Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Hospitalisation à domicile: l'État va revoir sa tarification, jugée "peu incitative", mais pas avant 2020

La DGOS a fait son mea culpa à Poitiers : le financement de l’hospitalisation à domicile (201 €/jour en moyenne) est "peu incitatif" et daté, a admis sa représentante, le 5 novembre 2015 lors d’un forum de la CRSA Poitou-Charentes, promettant de nouveaux tarifs en 2020. L’État veut encore accroître cette prise en charge en chimiothérapie et en soins palliatifs, et à partir de 2016, en post-chirurgie. Avec 18,5 patients en HAD pour 100 000 habitants, l’objectif de 30 à 35 patients en 2018, fixé par la circulaire de 2013, reste loin, alors que les patients y sont favorables. La faute à qui ? L’hospitalocentrisme français mais aussi la relative méconnaissance qu’en ont les généralistes comme l’a montré une étude locale en Saintonge. Pour les médecins, HAD rime avec fin de vie - une association qui, si elle est exclusive, peut avoir un effet repoussoir, disent les associations familiales.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi