Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Mixité : les syndicats de chefs d’établissement saluent la démarche du ministère ; du "cosmétique" pour le Snes

Pour le Snes-FSU, la démarche proposée par le MENESR pour améliorer la mixité sociale dans les collèges relève "encore du cosmétique". "Si l’expérimentation proposée peut être intéressante, elle n’exonère pas le ministère de travailler aux autres leviers" comme l’amélioration des conditions de travail et de vie dans les établissements ou la réflexion sur le rôle des options et des dispositifs dans le choix que les parents font des établissements, de l’enseignement public ou privé, juge le syndicat. Le ministère propose une action autour de trois leviers : l’offre pédagogique des établissements, la sectorisation et l’affectation des élèves (lire sur AEF). Au contraire, pour le SNPDEN-Unsa et ID-FO, interrogés par AEF, cette démarche va dans le bon sens même s’ils estiment que le travail sur l’offre pédagogique des établissements nécessite une réorganisation plus large du système.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Mixité sociale : le SNPDEN défend la création de plans d’aménagement locaux qui incluent l’enseignement privé

"Sur la carte scolaire, rien n’a été fait en deux ans" alors que "des pans entiers de l’éducation sont ethnicisés", alerte Philippe Tournier, secrétaire général du SNPDEN lors d’une conférence de presse, le 26 mai 2014. Le syndicat estime que "la gravité de la situation" doit conduire les acteurs de l’éducation à agir sur la mixité des établissements. Le syndicat propose, comme il l’avait annoncé lors de la nomination de Benoît Hamon (lire sur AEF), que les Dasen et les collectivités élaborent des plans d’aménagement locaux des mixités à l’école (Palme) à partir d’un "découpage des secteurs géographiquement mixte". Il s’interroge aussi sur l’équilibre à trouver entre l’objectif de mixité et la proximité. "On ne peut pas concevoir un plan de mixité sans intégrer [l’enseignement] privé sous contrat", indique aussi Philippe Tournier, en attente d’une réelle "volonté politique".

Lire la suiteLire la suite
Carte scolaire : Igen et IGAENR soulignent la nécessité de définir la « qualité exigible pour chaque école »

Il faut « répartir les tâches » en « demandant aux Dasen de définir les territoires au sein desquels l'équilibre social sera recherché » et en laissant « au niveau national la définition des principes et l'évaluation de leur atteinte », écrivent l'Igen et l'IGAENR dans un rapport daté de juin 2013, publié le 25 juillet, consacré aux « conséquences des mesures d'assouplissement de la carte scolaire après 2007 » (AEF n°184792). Les inspecteurs généraux (1) constatent que l'assouplissement de la carte scolaire a eu des « résultats limités » et des « effets éloignés des objectifs proclamés ». Ils évoquent la « qualité exigible pour chaque école » comme devant être « un élément explicite de la politique éducative » et appellent « auto-évaluation » et « évaluation externe » à « entrer dans le référentiel de l'Éducation nationale ».

Lire la suiteLire la suite
Bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy : une carte scolaire assouplie plus que supprimée

Qu'est la carte scolaire devenue ? Elle reste un « chantier à approfondir », selon un document de synthèse des propositions du candidat de l'UMP, intitulé « le projet éducatif de Nicolas Sarkozy » (AEF n°218956). « Deux limites se sont vite posées à la liberté de choix des familles : la proximité habitat école est restée le premier critère d'affectation des élèves ; la majorité des familles ne se sont pas saisies de ce dispositif, à l'exception de certaines zones particulièrement tendues. » Pourtant, la suppression de la carte scolaire, « devenue un outil qui aggrave la ségrégation et empêche l'égalité des chances », est une mesure phare annoncée par le président Nicolas Sarkozy en 2007 (AEF n°465677). Cinq ans plus tard, la carte scolaire n'aura finalement été qu' « assouplie ». Et si aucune évaluation nationale n'a été publiée, plusieurs rapports de chercheurs, dont ceux de l'École d'économie de Paris et d'OSC-Science Po, pointent une réforme accentuant l'évitement des collèges les plus difficiles (AEF n°222918), (AEF n°217821 et la « ségrégation scolaire » (AEF n°216976). Du côté de l'UMP, on salue tout de même un « bilan positif, les places vacantes ayant été réservées en priorité aux élèves issus de milieux défavorisés ou aux élèves handicapés » (AEF n°218956).

Lire la suiteLire la suite