Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L’Arabie saoudite souhaite éviter les émissions de 130 millions de tonnes équivalent CO2 par an d’ici à 2030 (INDC)

Dans un document de 7 pages, l’Arabie saoudite entend éviter les émissions de 130 millions de tonnes équivalent CO2 par an d’ici à 2030 à travers des mesures visant une diversification économique et une adaptation au changement climatique, indique le royaume dans sa contribution nationale, le 10 novembre 2015. Le pays, qui émet actuellement 460 Mt éq CO2, souhaite combiner deux scénarios : une diversification économique maintenant une contribution "robuste" des exportations de pétrole à l’économie nationale, et une accélération de l'industrialisation du pays basée sur l'utilisation durable de toutes les ressources domestiques : pétrole, gaz et minéraux. Le pays se dit hautement vulnérable au changement climatique.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les contributions nationales actuellement déposées correspondent à +3,5°C de réchauffement (Climate interactive)

Selon l’ONG américaine Climate interactive, qui conseille les gouvernements chinois et américain, les 58 contributions nationales déposées à la date du 28 septembre 2015 - et qui représentent 75 pays - sont encore loin de l’objectif de limiter l’augmentation de la température mondiale à 2°C d’ici la fin du siècle. Elles ne permettent à ce stade de réduire l’augmentation que de 1°C par rapport au scénario dit "business as usual", selon lequel les politiques actuelles conduisent à une augmentation de 4,5°C.

Lire la suiteLire la suite