Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

TTIP : la Commission européenne publie ses propositions sur le développement durable

"Éviter tout assouplissement des normes de travail ou de la protection de l’environnement" ou "assurer la responsabilité sociale des entreprises et le comportement responsable des entreprises, en reconnaissant le rôle des pouvoirs publics, des entreprises et des particuliers" : ce sont deux des dispositions que défend la Commission européenne dans le cadre des négociations sur le TTIP (partenariat transatlantique de commerce et d’investissement), selon sa proposition de chapitre sur le développement durable qu’elle a rendue public vendredi 6 novembre 2015. Celle-ci a été discutée avec les États-Unis lors du cycle de négociations du 19 au 23 octobre derniers.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L'Assemblée nationale vote la résolution sur le TTIP sans appeler à la suspension des négociations franco-américaines

L’Assemblée nationale a voté, jeudi 22 mai 2014, la résolution déposée par le député André Chassaigne (Front de gauche, Puy-de-Dôme) sur le TTIP, en cours de négociation entre l’Union européenne et les États-Unis. Amendée les 13 et 14 mai 2014 en commissions des affaires européennes et des affaires étrangères (lire sur AEF), la résolution, sans portée juridique contraignante, ne propose plus la suppression du mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États, système d’arbitrage international permettant à une entreprise de porter plainte contre un État en cas de préjudices portés à ses investissements, mais se félicite de la suspension des négociations sur ce point. La secrétaire d’État au Commerce extérieur Fleur Pellerin confirme devant les députés les "lignes dures" du gouvernement français et souligne que le droit à réguler des États est une "priorité absolue".

Lire la suiteLire la suite