Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Sciences Po : la rémunération de Richard Descoings était "justifiée" car c’était "un homme exceptionnel" (M. Pébereau)

"Loin d’être le fait du prince, la rémunération de Richard Descoings [ancien directeur-administrateur de Sciences Po] a été fixée en respectant les règles applicables à la FNSP", estime Michel Pébereau, ancien président du conseil de direction de l’IEP de Paris, témoin de la défense lors de l’audience publique de Jean-Claude Casanova, président de la FNSP, et d'Aurélien Krejbich, ancien DRH de Sciences Po Paris, devant la CDBF, le 6 novembre 2015. Au total, six témoins de la défense ont successivement pris la parole (1), sur les rémunérations des cadres dirigeants, la mission "Lycée pour tous" et les primes et décharges des enseignants-chercheurs. AEF s’en fait l’écho. Jean-Claude Casanova, qui s’est exprimé à la fin de l’audience, a indiqué qu’un directeur de Sciences Po "travaillait 4 à 5 fois plus qu’un président d’université", d’où une rémunération supérieure.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Sciences Po : « La Cour des comptes n'a subi aucune pression de qui que ce soit » (Didier Migaud, premier président)

« La Cour des comptes n'a subi aucune pression de qui que ce soit. Les magistrats ont instruit en toute indépendance », affirme Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, jeudi 22 novembre 2012, à l'occasion de la présentation du rapport public thématique sur Sciences Po, dont AEF a donné l'essentiel du contenu (AEF n°203547, n°203509, n°203489 et n°203497). Il répond à une question sur une éventuelle intervention de Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d'État et membre du conseil d'administration de la FNSP, sur le contenu du rapport de la Cour des comptes et la saisine de la Cour de discipline budgétaire et financière. Patrick Lefas assure également que la 3e chambre, qu'il préside, et la chambre du conseil, formation la plus large de la Cour, « ont délibéré en toute sérénité et en toute indépendance ».

Lire la suiteLire la suite
URGENT. Sciences Po : la Cour des comptes saisit la Cour de discipline budgétaire et financière

« La troisième chambre de la Cour des comptes, qui a effectué les contrôles dont il est rendu compte dans le présent rapport public, a décidé de saisir la Cour de discipline budgétaire et financière de certains faits constatés et a transmis le dossier au parquet général à cette fin », lit-on en conclusion générale du rapport public thématique de la Cour des comptes consacré à l'IEP de Paris, intitulé « Sciences Po : une forte ambition, une gestion défaillante », rendu public jeudi 22 novembre 2012 et dont l'essentiel du contenu avait déjà été publié par AEF (AEF n°203547, n°203509, n°203489 et n°203497). Les faits dont est saisie la CDBF ne sont pas précisément énoncés dans le rapport, mais la Cour écrit néanmoins dans sa conclusion : « Les irrégularités et dysfonctionnements constatés dans le suivi du service des enseignants-chercheurs ou dans la gestion des logements de fonction résultent d'une gestion laxiste qui a accompagné la stratégie d'attractivité mise en place par Sciences Po dans le cadre de sa politique de recrutement. »

Lire la suiteLire la suite
CONFIDENTIEL. Sciences Po Paris : les 19 recommandations de la Cour des comptes, qui « se réserve de donner des suites juridictionnelles »

Non-respect du code des marchés publics, infractions au statut des enseignants-chercheurs et irrégularités dans la gestion de leurs services, souscription d'un emprunt non autorisé et potentiellement risqué, système de rémunération opaque des salariés de la fondation et en particulier de l'administrateur-directeur, dysfonctionnements dans la gestion des logements de fonction, financement de la mission-lycée sur ressources de Sciences Po sans approbation du conseil d'administration : telles sont les « défaillances » dans la gestion de Sciences Po Paris relevées par la Cour des comptes dans son rapport définitif intitulé « Sciences Po face aux évolutions de l'enseignement supérieur et de la recherche » et qu'AEF a pu consulter, vendredi 26 octobre 2012. Les défaillances « conjoncturelles » (emprunt, mission lycée) « résultent de la faiblesse des contrôles internes [CA de la FNSP et conseil de direction de l'IEP] et externes [État] », indique la Cour. « D'autres sont au contraire structurelles, et ont été permises par l'ambiguïté juridique qui caractérise le statut actuel de Sciences Po, par la méconnaissance des textes qui lui sont applicables, par une gestion laxiste des enseignants-chercheurs ou de la rémunération des cadres et dirigeants de la fondation », poursuit-elle. Ce sont ainsi 19 recommandations que la Cour des comptes adresse donc à Sciences Po Paris et à l'État, tout en précisant qu'elle « se réserve de donner des suites juridictionnelles au vu des pièces en sa possession ».

Lire la suiteLire la suite