Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Budget 2016 : les députés adoptent les crédits de la sécurité sur fond de polémique sur les effectifs réellement créés

Les députés adoptent en séance publique, jeudi 5 novembre 2015 dans la soirée, les crédits de la mission "sécurités" du projet de loi de finances pour 2016. Ils valident notamment un amendement prévoyant le recrutement de 900 agents pour faire face à la crise migratoire. "Au total, 1 632 postes seront créés en 2016", indique Bernard Cazeneuve. Deux élus Les Républicains, Éric Ciotti (Alpes-Maritimes) et Olivier Marleix (Eure-et-Loir), dénoncent toutefois le "décalage" entre les postes créés et ceux réellement pourvus.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les missions dites "périphériques" en hausse pour la police et la gendarmerie en 2014 (PLF 2016)

Le volume des missions périphériques effectuées par les forces de l’ordre "est en hausse de 300 000 heures" pour la police et de "130 000 heures" pour la gendarmerie en 2014, indique le député SRC du Cher, Yann Galut, dans son rapport sur les crédits de la mission "sécurités" dans le cadre du PLF pour 2016, publié lundi 2 novembre 2015. Ainsi, "7,1 et 4,7 millions d’heures" ont été consacrées par la police et par la gendarmerie à des missions périphériques, ce qui représente respectivement 8,2 % et 4,8 % de leur activité opérationnelle, détaille le député. Il constate en outre une augmentation des charges de procédures dues à la réforme de la garde à vue et salue la création d’un grade à accès fonctionnel au sein du corps de conception et de direction de la police.

Lire la suiteLire la suite
Envoyer le Raid ou le GIGN lors d'une attaque terroriste ne "constitue" plus "toujours la bonne réponse" (François Lamy)

L’évolution des modes opératoires des terroristes "ne permet plus de considérer que le recours aux unités spécialisées du 'haut du spectre' (comme le Raid ou le GIGN) constitue toujours la bonne réponse", affirme le député socialiste de l’Essonne, François Lamy, dans son avis sur le budget de la défense pour 2016, publié vendredi 23 octobre 2015. "Les délais nécessaires à leur acheminement sont en effet trop longs au regard du nombre de victimes que peuvent faire les terroristes dans la première phase de l’attaque", précise-t-il. Le député détaille aussi les "conséquences de l’opération Sentinelle" pour l’armée de terre, mais aussi pour les policiers et les gendarmes.

Lire la suiteLire la suite