Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Elsevier : démission de l’équipe de la revue Lingua pour protester contre la politique de l’éditeur

Les six responsables éditoriaux et 31 membres du conseil éditorial de la revue de linguistique Lingua viennent de démissionner pour protester contre la politique tarifaire d’Elsevier et "son refus de transformer la revue en une publication open access qui serait gratuite en ligne", indique le site Inside Higher Ed début novembre 2015. Une nouvelle revue en open access dénommée Glossa devrait être lancée officiellement par les démissionnaires le 1er janvier 2016 avec Ubiquity press et l’Open library of the humanities. Les démissions seront effectives à la fin de l’année, Elsevier souhaite poursuivre Lingua avec une nouvelle équipe.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Elsevier : boycotté par près de 7 500 chercheurs, l'éditeur scientifique retire son soutien au projet de loi américain « Research work act »

« Elsevier retire son soutien au RWA ('Research work act'). Nous espérons que cela dissipera certaines des inquiétudes exprimées et aidera à créer un climat moins tendu et plus productif pour nos discussions en cours avec les bailleurs de fonds de la recherche. » C'est ce qu'annonce l'éditeur scientifique dans un « message à la communauté scientifique » posté sur son site internet le 27 février 2012. Ce retrait intervient alors que près de 7 500 chercheurs dans le monde ont annoncé, selon les chiffres du site « The cost of knowledge », boycotter l'éditeur en raison de « ses pratiques commerciales », mais également en raison de son soutien à différents projets de loi américains, dont le « Research Works Act » qui, selon eux, « ont pour but de restreindre le libre échange de l'information » (AEF n°221301). Certaines clauses de ce projet de loi projet visent à interdire le libre accès aux publications scientifiques financées par l'État. L'éditeur ne s'exprime pas sur les deux autres projets mentionnés par les signataires : le Sopa (Stop online piracy act) et le Pipa (Protect intellectual property act).

Lire la suiteLire la suite