Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Accord PPCR : le travail à l’Éducation nationale commencera "dans les prochaines semaines" (Najat Vallaud-Belkacem)

"Nous pourrons désormais négocier avec nos personnels, grâce à l'accord PPCR, sur leur rémunération et les déroulements de carrière. Nous commencerons dans les prochaines semaines, et cela sera très positif pour l'Éducation nationale", indique Najat Vallaud-Belkacem, auditionnée sur le PLF 2016 devant la commission de l’éducation du Sénat le 27 octobre 2015. Le gouvernement a déposé un amendement au PLF 2016 pour mettre en application les 1ères dispositions issues du PPCR dans la fonction publique comme l’intégration d’une partie de la rémunération indemnitaire des agents dans la rémunération indiciaire et l’harmonisation des durées d’échelon dans les 3 versants. Il table sur 301 M€ d’économies en 2016. Par ailleurs, la ministre a évoqué les sujets des rythmes scolaires, du coût du lycée et des Espé.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
"La question de réduire le volume des enseignements au lycée mérite d’être posée" (MENESR)

"La question soulevée par la Cour des comptes de réduire le volume des enseignements mérite d’être posée", indique le MENESR dans sa réponse au rapport sur "le coût du lycée" présenté le 29 septembre 2015 (lire sur AEF). En choisissant la période 2011-2012 pour son rapport, le ministère considère que la Cour des comptes a pris en compte un coût de fonctionnement des lycées qui n’était "pas stabilisé et sur lequel la réforme n’avait pas encore produit ses effets". Le ministère assure qu’il "partage l’objectif de la Cour de renforcer les outils communs à l’État et aux régions d’aide à la décision" pour l’allocation de moyens aux EPLE. Lors de la présentation à la presse de son rapport, Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, a déclaré que les pouvoirs publics disposaient des "leviers pour accroître la performance d’ensemble du système éducatif".

Lire la suiteLire la suite