Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Projet de loi immigration : les sénateurs remplacent l’AME par une "aide médicale d’urgence" plus restrictive

Le Sénat a voté le 8 octobre 2015 en séance publique un amendement à l’article 13 du projet de loi sur le droit des étrangers en France créant une aide médicale d’urgence (AMU) en remplacement de l’aide médicale d’État (AME), qui prévoit une prise en charge plus restrictive et le rétablissement d’un forfait annuel pour les bénéficiaires de cette aide.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Marisol Touraine annonce la fin du droit d'entrée de 30 euros pour les bénéficiaires de l'AME

La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a annoncé mardi 3 juillet 2010 la fin du droit d'entrée de 30 euros pour les bénéficiaires de l'AME (aide médicale d'État) (1), à l'issue d'une table ronde « Lutte contre l'exclusion » réunissant 10 associations (2) autour de la ministre et la ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti. Cette mesure, promesse de campagne du candidat Hollande, fera l'objet d'un projet de loi qui sera déposé dans les prochains jours. Depuis le 1er mars 2011, l'AME est conditionnée au paiement d'un droit annuel de 30 euros par bénéficiaire majeur (le demandeur ainsi que ses ayants droit majeur). Dans le domaine de l'exclusion, Marisol Touraine a également entendu la demande exprimée par les association de trouver un « lieu » où pourraient être débattues les questions de pauvreté et d'exclusion pour coordonner les politiques de logement, de transports de logement, de travail et annonce « une réflexion très rapide pour déterminer l'institution existante ou à créer pour développer cette politique ». Elle a également ajouté qu'il fallait « déclarer la guerre à tout ce qui vient exclure, marginaliser et stigmatiser » les plus démunis. « Avec ce gouvernement c'en est fini de jouer sur les peurs et de parler d'assistanat. Nous allons nous battre contre cet état d'esprit », a abondé Marie-Arlette Carlotti.

Lire la suiteLire la suite