Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Prévention santé : entreprises et mutuelles alliées pour prendre la main sur le marché de la santé des salariés

Bien-être, qualité de vie au travail, "sport santé". Ces notions sont autant une manière pour l’employeur de veiller à la santé et à la sécurité des salariés qu’un moyen d’améliorer le climat social et valoriser la marque employeur. Incitation à faire de l’exercice, aide à l’arrêt du tabac, diagnostic santé personnalisé, tout est fait pour que le salarié soit bien dans son entreprise, tout en restant productif. À côté des initiatives propres des entreprises, des programmes de prévention santé personnalisés sont désormais proposés par les mutuelles, qui se positionnent en "partenaires prévention" pour les entreprises. Résultat : tout le monde y gagnerait, puisqu’il est désormais devenu possible de calculer le retour sur investissement de ces programmes en termes de réduction de l’absentéisme et de dépenses de santé.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
"Se maintenir en emploi est plus difficile lorsque l'on connaît des difficultés de santé" (étude Drees-Dares)

Conserver son emploi est-il plus difficile lorsque la santé est défaillante ? C'est la question que se posent la Dares et la Drees dansleur enquête "Santé et itinéraire professionnel", publiée vendredi18 septembre 2015. Selon cette étude, un homme actif sur cinq et une femme active surquatre signalaient un état de santé altéré en 2006. Souffrant avant toutde TMS ou de troubles du sommeil, ils sont plus âgés quel’ensemble des actifs, avec 42 % de plus de 50 ans, contre 27 % del’ensemble des actifs. Les hommes et les femmes en mauvaise santé sont aussi moins nombreux à travailler que les personnes en bonne ou trèsbonne santé. De plus, les personnes qui se déclaraient en mauvaise santé en 2006 sont plus nombreuses à avoir pris leur retraite ou à être au chômage quatre ans plus tard. Ainsi, "se maintenir en emploi est plus difficile lorsque l’on connaît des difficultés de santé".

Lire la suiteLire la suite