Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Lecture/écriture en CP : "Rares sont les classes en mesure de jouer un véritable rôle compensatoire" (Roland Goigoux)

"À la fin du CP, 20 % des élèves déchiffrent plus de 60 mots en une minute mais 30 % lisent moins de 21 mots et 10 % moins de 8", constate Roland Goigoux, professeur en sciences de l'éducation à l’Espé Clermont-Auvergne, instigateur en 2013 d’une étude de terrain sur l’influence des différentes pratiques d’enseignement sur la qualité des apprentissages de la lecture et de l’écriture en CP (lire sur AEF). "Certains maîtres savent mieux que d’autres enrôler les élèves et maintenir leur attention", relève-t-il dans un communiqué à la presse (les résultats seront présentés à l’Ifé le 25 septembre). Après avoir observé les performances de 2 507 élèves en début et en fin de CP puis en fin de CE1, Roland Goigoux et son équipe de 60 chercheurs tirent cette conclusion : "Rares sont les classes (une vingtaine sur 131) qui semblent avoir été en mesure de jouer un véritable rôle compensatoire."

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Enseignement du français : l'Igen pointe « une panne didactique des enseignants » en primaire

« Ce qui frappe dans le domaine de la lecture, c'est que la majorité des maîtres ne dispose pas des cadres théoriques minimaux, ce qui ne leur permet pas d'être lucides quant à leurs pratiques », affirme l'Igen dans un « Bilan de la mise en œuvre des programmes issus de la réforme de l'école primaire de 2008, daté de juin 2013 (AEF n°469537). En français, les enseignants « n'ont guère de repères pour juger de la complexité des textes qu'ils proposent et n'ont souvent de critères de choix que la longueur ou le thème : sur cette base, ils ne peuvent pas penser des ‘progressions' mais seulement des ‘programmations' », déplorent les inspecteurs généraux (1). Quant à la différenciation, « elle reste très faible », voire « inexistante dans la majorité des classes sauf sous l'angle de la réduction des exigences pour certains élèves ». L'Igen relève une forme de « panne didactique » en français et prévient : « Ce ne sont pas seulement les programmes de 2008 qui sont en cause. »

Lire la suiteLire la suite