Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

"La manière dont les Satt fonctionnent n’est pas partout satisfaisante" (Ph. Baptiste, CNRS, colloque des VP recherche)

"Le CNRS ne peut que se féliciter de l’arrivée des Satt pour prendre en charge la maturation des projets de recherche. Mais nous constatons aussi, aujourd’hui, que la manière dont les Satt fonctionnent n’est pas partout satisfaisante." Tel est le constat que dresse Philippe Baptiste, directeur général délégué à la science du CNRS, lors du colloque des vice-présidents recherche et valorisation des universités, qui s’est tenu à Toulouse les 26 et 27 août 2015 (lire sur AEF). Nicolas Carboni, président du Réseau Curie et de la Satt Conectus Alsace, "peut entendre qu’il est compliqué de travailler avec 14 Satt", mais juge que "l’on est quand même dans une trajectoire de progrès". François Jamet, de la DGRI, rappelle que "la doctrine du ministère est de considérer que quand la maturation d’un projet est faite par une Satt, c’est à elle de décider à qui en confier la valorisation".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement