Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Lutte contre la radicalisation : pour Jean-Pierre Sueur, la plateforme téléphonique doit fonctionner "24 heures sur 24"

"Il faut que les écoutes par le centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation soient réalisées 24 heures sur 24, et que ce dispositif ne soit plus situé au ministère de l’Intérieur." C’est ce que propose Jean-Pierre Sueur, sénateur socialiste du Loiret, lors d’un atelier organisé dans le cadre de l’université d’été du Parti socialiste, vendredi 28 août 2015 à La Rochelle. Jean-Pierre Sueur préconise également le développement du renseignement relatif au financement du terrorisme, ainsi que l’encellulement individuel en prison.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 89 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Radicalisation: "Nous devons reproduire au niveau régional ce que nous faisons à l’échelle nationale" (Dounia Bouzar)

"Pour que la déradicalisation fonctionne, nous devons reproduire au niveau régional ce que nous faisons déjà à l’échelle nationale." C’est ce qu’affirme à AEF l’anthropologue Dounia Bouzar, fondatrice du CPDSI (Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam). Alors que les cellules de suivi départementales sont désormais toutes installées (lire sur AEF), le ministère de l’Intérieur vient de se doter d’un nouvel outil de déradicalisation au niveau local : une équipe mobile d’intervention, pilotée par le CPDSI. Cette cellule de "désembrigadement" sillonne toute la France, à la demande des préfets, afin d'"appuyer les cellules de suivi départementales dans leur action", comme l’indique le directeur du cabinet du ministre, Michel Lalande.

Lire la suiteLire la suite
La radicalisation des jeunes pourrait basculer dans un phénomène de masse (Malek Boutih)

"L’ampleur du phénomène et sa pénétration dans tous les milieux, avec la radicalisation de jeunes étudiants et de jeunes filles en particulier, indiquent qu’on pourrait basculer dans un phénomène de masse." C’est la crainte qu’exprime Malek Boutih, dans un rapport transmis en juin 2015 à Manuel Valls (lire sur AEF), portant sur "l’analyse et la prévention des phénomènes de radicalisation et du djihadisme en particulier" chez les jeunes, intitulé "Génération radicale" et dévoilé par Le Figaro. Selon le député socialiste de l’Essonne, "les signalements recueillis par le numéro vert créé en avril 2014 et par les services déconcentrés (les états-majors de sécurité départementaux) confirment la diversification des profils des personnes qui basculent". "Le phénomène touche toutes les régions et toutes les catégories sociales."

Lire la suiteLire la suite
Regroupement des détenus radicalisés : Adeline Hazan n'est "pas favorable" à un dispositif "potentiellement dangereux"

La contrôleure générale des lieux de privation de libertés publie, mardi 30 juin 2015, un avis relatif à la prise en charge de la radicalisation islamiste en milieu carcéral. Adeline Hazan indique n’être "pas favorable" au dispositif de regroupement dans des quartiers dédiés tel qu’annoncé par le Premier ministre en janvier 2015 (lire sur AEF). Elle le juge "potentiellement dangereux". Adeline Hazan préconise notamment la création d’un cadre juridique définissant le regroupement carcéral et souligne l’impact de la surpopulation carcérale dans la radicalisation.

Lire la suiteLire la suite
Lutte contre la radicalisation à l’échelon local : le département du Val-de-Marne dévoile ses premiers chiffres

La préfecture du Val-de-Marne a enregistré, entre le 28 mai 2014 et le 1er avril 2015, 131 cas de radicalisation islamiste dans le département. À l’occasion d’un bilan communiqué en mai 2015, elle indique que sa cellule "de suivi pour la prévention de la radicalisation et l’accompagnement des familles" a enregistré 70 signalements en provenance de l’Uclat (unité de coordination de la lutte antiterroriste) qui recueille les appels au numéro vert national lancé en avril 2014. 61 cas ont été recensés par d’autres sources, notamment les commissariats de police du département. "Le but n’est pas de créer une cellule policière, mais d’identifier les personnes susceptibles de se radicaliser pour les accompagner", indique l’entourage du préfet du Val-de-Marne, Thierry Leleu, à AEF.

Lire la suiteLire la suite