Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Près d'un tiers des lycéens d’Île-de-France exercent une activité rémunérée, facteur de redoublement (enquête)

En Île-de-France, près d’un tiers des lycéens exerce une activité rémunérée, selon une étude du Bureau de sociologie appliquée présentée le 1er juillet 2015 lors d’un forum régional de lutte contre le décrochage scolaire. Ils travaillent pour se payer le permis de conduire, les vacances, ou parce qu’ils n’ont pas le choix. "Sans salaire, je suis à la rue", explique une lycéenne interrogée dans le cadre de cette étude. S’il n’est pas cause de décrochage scolaire, le travail rémunéré a "un impact sur le redoublement" de certains lycéens, rapporte Boris Teruel du Bureau de sociologie appliquée. L'Île-de-France prépare une nouvelle convention permettant de définir le cadre de la politique de lutte contre le décrochage en lien avec les plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs. Par ailleurs, les projets menés au niveau européen permettent au décrocheur de "raccrocher avec lui-même".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
SPRO : l’accord-cadre État-région est signé

"S’orienter, c’est prendre un pari sur l’avenir", déclare la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, lors de la signature de l’accord-cadre relatif à la mise en œuvre du service public régional d’orientation tout au long de la vie, dont AEF avait eu copie (lire sur AEF). Un bilan de l’expérimentation conduite dans huit régions (1) devrait être réalisé pour la fin de l’année. Interrogé par AEF, François Bonneau, président de la région Centre explique que "ce qu’il reste à améliorer, c’est la proximité. Il faut que l’offre soit présente dans chaque bassin de vie". En outre, le président de l’ANDCIO souhaite que les CIO deviennent des "interfaces" entre les mondes de l’éducation et du travail.

Lire la suiteLire la suite