Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La Fédération française des sociétés d’assurances salue les mesures gouvernementales en matière de sécurité routière

La Fédération française des sociétés d’assurances salue, dans son rapport annuel, publié jeudi 25 juin 2014, "les mesures prises par les pouvoirs publics le 26 janvier 2015 pour intensifier la lutte contre l’insécurité routière". "L’année 2014 a en effet été marquée par une hausse du nombre de blessés et de tués sur les routes, après 25 ans de baisse régulière", souligne l’organisation, qui note une "inversion de tendance des indicateurs de la sécurité routière". La FFSA regroupe 231 assureurs représentant 90 % du marché français.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Surveillance humaine : « Les prestataires ont tendance à accepter la charge du risque alors qu'ils ne sont pas assureurs » (Nicolas Le Saux)

« Les prestataires de sécurité privée ont tendance à accepter toute la charge du risque alors qu'ils ne sont pas assureurs », indique Nicolas Le Saux, président de l'Asis France (AEF Sécurité globale n°231591), lors d'un petit-déjeuner organisé à Paris, mardi 29 novembre 2011, par la licence professionnelle « sécurité des biens et des personnes » de l'université Paris Descartes, intitulé « Sécurité privée, risques et assurance ». L'entrepreneur estime qu'il existe de fait un « déséquilibre » entre les différentes parties que sont les entreprises, les assureurs et les clients. Les clauses contractuelles signées par les prestataires sont notamment « non adaptées ou sans rapport avec la situation en jeu », et « les tarifs d'assurance souvent beaucoup trop élévés ».

Lire la suiteLire la suite