Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Enseignants-chercheurs : "Soit on généralise le suivi de carrière, soit on l’arrête" (P. Benech, section 63 du CNU)

"Nous en sommes à la troisième année d’expérimentation du suivi de carrière. Et comme toute expérimentation, cela doit avoir un terme. Maintenant, soit on la généralise, soit on l’arrête", estime Philippe Benech, président de la section 63 du CNU (1), dans une interview à AEF en juin 2015. Alors que trois nouvelles sections participeront à l’expérimentation en 2015 (60, 61 et 68), il juge qu’il aurait fallu qu’elles soient "20 ou 25". Pour lui, "il est raisonnable de faire un rapport d’activité tous les cinq ans, car nous sommes fonctionnaires de l’État et nous le revendiquons". Christophe Sauty, président de la section 34 (2) ajoute que quelques établissements "n’ont pas joué le jeu". "Que les universités, en tant qu’établissements de l’État, ne respectent pas les décrets, c’est un peu plus gênant", commente-t-il. Ils font ainsi un premier bilan de leur pratique.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le nouveau décret enseignant-chercheur est publié au JO du 4 septembre 2014

Le nouveau décret enseignant-chercheur est publié au JO du 4 septembre 2014. C’est dans ce texte que la notion d'"évaluation" individuelle des enseignants-chercheurs est supprimée, remplacée par celle de "suivi de carrière". Le terme de "modulation de service", qui concentre les critiques des syndicats, a été maintenu, même s’il est précisé qu’elle est "facultative". Le décontingentement des postes à agrégation va être expérimenté en économie et gestion, des concours sont réservés pour les maîtres de conférences particulièrement impliqués dans certains domaines et des mesures visent à favoriser les mutations des enseignants-chercheurs. Ce décret tire en outre les conséquences de la décision du Conseil constitutionnel du 6 août 2010, en précisant que le comité de sélection rend un avis motivé unique portant sur l’ensemble des candidats, par lequel il arrête la liste de ceux qu’il retient.

Lire la suiteLire la suite
Décret enseignant-chercheur : le MESR remplace le terme « évaluation » par « suivi de carrière »

Le projet de révision du décret statutaire des enseignants-chercheurs devrait être examiné par le CTU (comité technique universitaire) le 17 décembre 2013. Dans la dernière version envoyée aux syndicats, datée du 2 décembre, apparaissent quelques modifications par rapport à la version initiale de fin septembre (AEF n°181608) : le mot « évaluation » est remplacé par celui de « suivi de carrière », dont la périodicité passe en outre de quatre à cinq ans ; un même comité de sélection peut être constitué pour plusieurs postes d'une même discipline ; les dossiers des candidats à la mutation sont examinés par le conseil académique sans passer par le comité de sélection… En outre, les chercheurs communautaires sont dispensés de qualification par le CNU dans le cas où ils sont intégrés après un détachement.

Lire la suiteLire la suite
Évaluation des enseignants-chercheurs par le CNU : « un 1er élément positif pour initier dans chaque université un suivi individualisé » (CPU)

« L'évaluation [individuelle des enseignants-chercheurs] par le CNU (conseil national des universités) est un premier élément positif pour initier dans chaque université un suivi individualisé des enseignants-chercheurs. Des outils complémentaires devront être mis en place afin que cette évaluation puisse déboucher sur des solutions pour les enseignants-chercheurs 'en difficulté'. » Telle est la conclusion de la commission des moyens et personnels de la CPU (conférence des présidents d'université), dans un texte daté du 23 mai 2012 qu'AEF s'est procuré. Intitulé « L'évaluation des enseignants-chercheurs : la pierre angulaire d'un suivi de parcours tout au long de la carrière », il a été débattu par les présidents et directeurs d'établissement en séance plénière le 24 mai. Les quatre préconisations de la commission des moyens et des personnels sont d' « alléger les procédures » (avec « un dossier électronique unique » pour la PES, les promotions, les évaluations…), de « réduire le nombre de fois où un enseignant-chercheur doit être évalué », d' « éviter au maximum que les évaluations dans les différentes disciplines soient rédigées dans des styles différents » (afin de ne pas défavoriser les « collègues des secteurs lettres et sciences humaines ») et d' « offrir une voie de recours ». En matière de suivi des parcours des enseignants-chercheurs, « l'université affiche un retard considérable », reconnaît la CPU.

Lire la suiteLire la suite