Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les petites et moyennes universités face aux enjeux de la rationalisation et de la proximité (colloque Villes de France)

"Les établissements petits ou moyens contribuent à la démocratisation de l'enseignement supérieur", déclare Marie-Hélène Granier-Fauquert de la Dgesip, lors d’une table ronde sur le thème "rationalisation-proximité : quel équilibre souhaitable ?", organisée par Villes de France et le réseau des PMU, le 12 juin 2015. Il faut ainsi que "le niveau du second cycle master puisse toujours être présent dans ces territoires", insiste-t-elle. Pour Emmanuel Roux, président de l’université de Nîmes, la loi ESR ne représente pas de risque pour la mission de proximité des universités. À l’inverse, Rachid El Guerjouma, président de l’université du Maine, pointe un danger de "fracture géographique". Selon lui, les Comue, permettront "à certaines universités de s’afficher dans les classements, mais au prix d’une casse du système qui ne montrera ses effets que dans quelques années".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Idex-isite : 21 présidents d’université réclament de nouveaux critères d’attribution et des jurys distincts

Dans une tribune reçue par AEF ce 29 mai 2015, 21 présidents d’universités (1) appellent à "un débat sur les critères effectifs d’attribution" des programmes d’investissement d’avenir dédiés à l’ESR. Constatant que la première vague du PIA2 privilégie "la fusion des universités excluant une très grande partie des établissements", ils souhaitent que les futurs programmes s’appuient "sur la pertinence des projets de formation, de recherche et de valorisation, et non uniquement sur la structure de leur gouvernance ou sur une volonté de concentration thématique et territoriale", réclamant "des jurys distincts" pour idex et isite. La deuxième vague du PIA 2 et le PIA 3 doivent, selon eux, intégrer "une vision élargie du paysage", ne survalorisant plus la logique métropolitaine. Plus largement, les signataires demandent un refinancement de l’ESR et un plan pluriannuel de l’emploi scientifique.

Lire la suiteLire la suite