Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Catherine Bréchignac : "L’Académie des sciences peut améliorer sa gestion mais a déjà commencé à se doter de règles"

"Nous pouvons encore améliorer la gestion de l’Académie des sciences", mais "nous avons déjà commencé à mettre en place des règles" et à "rationaliser notre procédure comptable", assure Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuelle, dans une interview à AEF le 6 mai 2015, après que la Cour des comptes a jugé la gestion de l’Institut de France et de ses académies entachée de "nombreuses carences et irrégularités" (lire sur AEF). Sur l’évolution de la recherche, Catherine Bréchignac pointe deux "dérives" : la première, mondiale, sur les "post-docs à répétition" ; la seconde, française, sur le fait d' "attribuer des postes aux établissements sans leur accorder les moyens de faire travailler les chercheurs". L’Académie, qui célébrera ses 350 ans en 2016, lance par ailleurs l’initiative "Pour un universalisme scientifique" visant à renforcer les relations entre la science et la société.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 95 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
L'Académie des sciences se dote d'une « charte de l'expertise »

L'Académie des sciences, « assemblée pluridisciplinaire de savants français et étrangers élus par leurs pairs », se dote d'une « charte de l'expertise », annonce-t-elle mercredi 11 avril 2012. « Impulsée par les secrétaires perpétuels de l'Académie des sciences, Catherine Bréchignac et Jean-François Bach, et votée par l'assemblée plénière des académiciens », cette charte de deux pages « fixe les étapes de la démarche de l'expertise et les responsabilités de chaque acteur, en articulation avec le fonctionnement propre de l'Académie ». En effet, « lorsqu'une question soulève la nécessité d'une expertise, la qualité et la validité de celle-ci dépendent du respect de certaines règles, concernant les experts et la procédure elle-même », indique l'organisation. La charte stipule ainsi qu'il revient « à l'assemblée plénière de décider si l'Académie des sciences est compétente ou non pour effectuer l'expertise attendue ». Et, « en cas de qualification, le Comité restreint (1) de l'Académie des sciences désigne les compétences en interne, renforcées au besoin par des experts extérieurs ».

Lire la suiteLire la suite
Principe de précaution : Catherine Bréchignac et Bernard Accoyer veulent éviter une « hémorragie » des « cerveaux » (« Les Échos »)

« Le principe de précaution oui, s'il n'est pas un frein au progrès », déclarent Bernard Accoyer (UMP), président de l'Assemblée nationale, et Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuelle de l'Académie des sciences et ancienne présidente du CNRS (2005-2010), dans une tribune publiée mardi 6 décembre 2011 dans « Les Échos », évoquant les « sujets d'actualité, des OGM aux nanotechnologies, du nucléaire aux gaz de schiste ». Ils y soutiennent la proposition de résolution des députés Alain Gest (UMP, Somme) et Philippe Tourtelier (PS, Ille-et-Vilaine) sur la mise en oeuvre de ce principe constitutionnel, qui sera « soumise au vote de l'Assemblée nationale le 1er février 2012 ». L'objectif des deux parlementaires « est d'éviter qu'une interprétation trop extensive de ce principe ne bride la possibilité de sauts technologiques, et donc le progrès technique, en ne conduise progressivement à une hémorragie de nos savoir-faire et de nos 'cerveaux' scientifiques », écrivent les auteurs de la tribune.

Lire la suiteLire la suite