Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le temps libéré pour la concertation, point fort de la réforme mais aussi le plus complexe

Avec la réforme de l’éducation prioritaire, "ce qui a énormément changé, c’est la volonté de développer le collectif d’établissement", témoigne Dominique Duperray, principal SNPDEN-Unsa d’un collège REP + à Marseille. AEF a interrogé plusieurs acteurs des réseaux préfigurateurs de la réforme. Si le temps libéré pour la concertation est vu comme son "point fort", c’est aussi "un point de grande vigilance", observe Bernard Milard, IA-IPR en charge de la coordination pédagogique des REP + dans l’académie de Lille car "l’application est inégale selon les réseaux". Le MENESR concède un peu plus de difficultés d’organisation dans le second degré mais précise que les choses avancent et se régulent. "Deux écueils sont à éviter : le laisser faire ou la caporalisation", résume Marc Douaire, le président de l’OZP, pour qui un juste milieu reste à être trouvé.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à découvrir