Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Jean-Marc Rapp à AEF : "Certains candidats auraient pu éviter des erreurs"

"Il n'y a réellement pas de grande différence avec le PIA 1" et "certains candidats auraient pu éviter des erreurs", déclare Jean-Marc Rapp, président du jury idex-isite, jeudi 7 mai 2015, à AEF, après l’annonce des pré-sélectionnés. Ainsi, "quand certains projets évoquent l’université de Californie ou du Québec comme modèles, c’est déconcertant car ce sont des systèmes et non des universités." Interrogé sur une éventuelle "prime" à la fusion, il assure que l’objectif du jury a été de "répondre au cahier des charges" : "viser à moyen terme la création d’universités de visibilité internationale". Quant aux projets d’isite, "d’une très grande variété", "certains se rapprochent plus d’un labex, d’autres d’une idex". Mais une isite n’est pas une "rétrogradation". Il évoque aussi les cas de Lorraine et Montpellier, et répond à une question sur l’UBL que le MENESR aurait voulu voir retenu.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Idex-isite : 15,8 % de femmes dans les délégations des projets candidats, 28 % dans le jury

15,8 % de femmes dans les délégations candidates à l’appel à projets idex-isite et 28 % parmi les jurés : tel est le constat dressé par AEF à partir de la liste des 95 membres des délégations connues et des 18 membres du jury (lire sur AEF). Ce sont les délégations de Nice et de Grenoble qui se sont montrées les plus féminisées, avec 2 femmes sur 5 représentants. En revanche, 6 délégations ne comportaient aucune femme. Par ailleurs, l’analyse du profil des membres de ces délégations montre qu’elles étaient majoritairement constituées d’académiques (42 % en poste à l’université, 25 % dans un organisme et 9,5 % dans une école), et que seuls 3 % des délégués étaient étrangers. Les académiques sont également surreprésentés parmi les membres du jury (78 %), mais celui-ci présente la particularité d’être très international, avec 83,3 % d’étrangers.

Lire la suiteLire la suite