Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation pourrait attribuer 6M€ d'aide aux salariés licenciés de Mory-Ducros

"La Commission européenne a proposé d'accorder une enveloppe de 6 millions d’euros au titre du FEM (Fonds européen d’ajustement à la mondialisation) pour aider 2 513 travailleurs licenciés de Mory-Ducros en France à retrouver un emploi", indique l’institution dans un communiqué, fin février 2015. La proposition va être soumise à l’approbation du Parlement européen et du Conseil des ministres de l’UE. Elle fait suite à une sollicitation de la France après les licenciements qui ont touché 84 sites de l’entreprise en France. Début février 2015, le ministre des Transports annonçait déjà un dispositif exceptionnel d’accompagnement des salariés licenciés (lire sur AEF). "Les travailleurs bénéficieront de conseils et d’orientations pour leur carrière. Le coût total de ce train de mesures est estimé à 10 millions d’euros, dont 6 seront pris en charge par le FEM", assure la Commission.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La cour administrative d’appel de Versailles censure les PSE chez Mory-Ducros, PagesJaunes et Asterion

La cour administrative d'appel de Versailles confirme le 22 octobre 2014 l’annulation par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise de l’homologation du PSE de la société Mory Ducros (lire sur AEF). C’est ce qu’elle indique dans un communiqué publié ce même jour sur son site internet. Elle annule l’homologation du document unilatéral par le Direccte d’île-de-France au motif que la détermination des critères d’ordre des licenciements à un niveau inférieur à celui de l’entreprise n’était pas possible sans accord collectif. Dans deux autres communiqués, la cour administrative d’appel de Versailles indique qu’elle a également censuré le même jour les PSE des sociétés PagesJaunes et Astérion, le premier au motif que l’accord relatif au PSE n’était pas majoritaire, le second pour défaut d’information du CHSCT. Les arrêts dans ces affaires ne sont pas encore disponibles, indique la cour.

Lire la suiteLire la suite