Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

SHS : Alain Fuchs fixe quatre nouvelles priorités à l’alliance Athéna, dont il redevient président

Le président du CNRS Alain Fuchs redevient président d’Athéna, annonce l’alliance nationale des sciences humaines et sociales, vendredi 20 février 2015. Il succède à Jean-Émile Gombert, ancien président de l’université Rennes-II et représentant de la CPU, aujourd’hui vice-président d’Athéna (1). Alain Fuchs "entend faire progresser quatre priorités identifiées en commun avec les autres membres d’Athena" : l’internationalisation des SHS ; l’interdisciplinarité ; la politique de site ; la participation citoyenne et le transfert de connaissance. Ce dernier chantier, "devenu essentiel après les attentats de janvier 2015", "œuvrera à rapprocher la recherche en SHS et les décideurs publics ainsi que la société au sens large".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
SHS : en deux ans, l'alliance Athéna « n'a rien produit qui permette d'éclairer les décideurs politiques et la communauté » (Cour des comptes)

« Alors même que la configuration duale associant une alliance nationale [Athéna] et un institut du CNRS aurait dû donner lieu à une clarification des missions et à la publication d'un document stratégique de moyen terme, l'alliance, deux ans après sa création, n'a rien produit qui permette d'éclairer les décideurs politiques et la communauté des SHS (AEF n°205412). De son côté, l'INSHS (Institut des sciences humaines et sociales) s'est installé dans un rôle qui ne s'appuie sur aucun contrat et que n'éclaire aucun programme. » Tel est l'un des constats d'un référé de la Cour des comptes sur les sciences humaines et sociales au CNRS rendu public le 30 octobre 2012 (1). « L'enjeu principal de ce contrôle était de mesurer la part prise par l'INSHS dans le dispositif national des SHS », écrit la Cour des comptes, qui constate que « l'essentiel de l'activité de l'INSHS se produit en direction des unités mixtes de recherche sur lesquelles il exerce une tutelle conjointe. Il en résulte un flottement entre un institut centré de facto sur les SHS du CNRS et une alliance qui tarde à matérialiser ce pour quoi elle a été conçue. »

Lire la suiteLire la suite
SHS : l'alliance Athéna est prête à développer la bibliométrie pour valoriser la recherche française à l'international

En SHS (sciences humaines et sociales), « il serait nécessaire de disposer de données bibliométriques par discipline pour que [l']effort de recherche soit valorisé », et « l'alliance Athéna (Alliance thématique nationale des sciences humaines et sociales) pourrait être mobilisée » pour « les développer, les consolider et les centraliser ». Telle est l'une des six propositions que formule l'alliance dans le rapport de son groupe de travail sur l'internationalisation des SHS, publié le 26 septembre 2012. L'alliance estime que « ce sont ces mesures, à condition qu'elles soient faites avec rigueur et sans distorsion, qui permettront de donner le crédit international dont manquent aujourd'hui certaines disciplines des SHS ». Le groupe de travail rappelle que « la question de la position des établissements français dans les classements internationaux est (…) délicate », pour ne pas dire plus : « Le classement de Shanghai permet de constater chaque année que c'est une vraie question qui fâche. »

Lire la suiteLire la suite