Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

L'inspection générale envisage de créer un "parcours linguistique de l’élève" (Caroline Pascal, doyenne)

"L'inspection générale réfléchit à l’idée d’un parcours linguistique de l’élève", indique Caroline Pascal, doyenne du groupe langues à l’Igen, vendredi 13 février 2015, lors du séminaire annuel du centre européen pour les langues vivantes, organisé au CIEP. Si l’inspection générale a travaillé à la continuité de l’enseignement des langues entre primaire et collège, celle entre le collège et le lycée "se met en route". "Mais nous avons un problème d’enseignement des langues dans le supérieur pour les filières non spécialistes". Pour Caroline Pascal, il faut également travailler à la motivation des élèves et au volet culturel des langues, via la réforme du collège. Par ailleurs, les étudiants des Espé pourraient réaliser une partie de leur M2 à l’étranger, et la Dgesco a mis en ligne sur le site Eduscol, 38 vidéos et un livret pédagogique sur l’enseignement des langues vivantes.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 92 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi

Éducation et Jeunesse

Aperçu de la dépêche Aperçu
Langues vivantes : quelles sont les plus enseignées ? dans quelles académies ?
Lire la suite
Toulouse : la rectrice veut modifier la politique des langues vivantes au collège. FSU, CGT, Sud, FO, Sgen s'y opposent

Hélène Bernard, rectrice de Toulouse, veut modifier la politique des langues vivantes dans un souci d'équité en introduisant, à la rentrée 2014, l'apprentissage d'une LV2 dès la 5e, à raison de deux heures hebdomadaires. Pour expliquer cette démarche, un vade-mecum et une circulaire viennent d'être diffusés, lundi 3 février 2014, aux chefs d'établissement (1). Pour dégager les moyens suffisants à cette mise en place, le volume de la LV1 serait diminué d'une heure en 6e. Les sections européennes et les classes bilangues (hors anglais et allemand) ne seraient plus prises en charge par le rectorat mais relèveraient de la dotation horaire globale des établissements. Le Snes-FSU, la CGT, Sud, FO, le Sgen-CFDT et le Snalc-FGAF s'opposent à ce changement de politique et annoncent un « front syndical commun ». Ils liront une déclaration commune lors du CAEN de ce mercredi 4 février 2014.

Lire la suiteLire la suite
Langues vivantes : la réforme proposée par le recteur de Rennes ne sera pas généralisée en 2014 (syndicats)

Le projet de réforme de l'enseignement des langues vivantes, présenté en décembre dernier (AEF n°472122) par Michel Quéré, le recteur de l'académie de Rennes, ne sera pas mis en place à la rentrée 2014, selon le Snes-FSU et le Sgen-CFDT. Seuls les établissements volontaires expérimenteront ce projet, qui propose notamment d'introduire la LV2 dès la 5e. En contrepartie, les classes de 6e bilangues disparaîtraient. Le Snes, dans un communiqué publié le 8 janvier 2014, à l'issue de la deuxième réunion d'un nouveau groupe de travail paritaire sur le sujet, se satisfait « de la décision du recteur de maintenir les bilangues (sauf engagement du collège dans l'expérimentation) et de poursuivre le dialogue avec les organisations syndicales sur les langues vivantes ». Le recteur a prévu de s'exprimer sur cette question lors d'une conférence de presse programmée le 22 janvier prochain.

Lire la suiteLire la suite
Bac : la série L n'est « pas assez identifiée », selon l'Association des professeurs de langues vivantes

66 % des enseignants de langues vivantes ont une appréciation « plutôt négative » de l'épreuve de littérature étrangère en langue étrangère au baccalauréat, indique le 20 décembre 2013 une enquête menée par l'APLV à l'issue de la session 2013 de l'examen (1). À 75 %, les répondants estiment nécessaires des « modifications ». Mise en place à l'occasion de la réforme du lycée (2), cette épreuve prend la forme d'un oral de 10 minutes (coefficient 1) en série L. L'APLV demande « une concertation » au sujet de l'ensemble des épreuves de langues au bac, évoquant des « directives obscures, parfois contradictoires ». Si le fait d'avoir généralisé l'épreuve écrite à toutes les séries est plutôt salué par les enseignants, ceux-ci regrettent cependant que la série L ne soit pas « assez identifiée ».

Lire la suiteLire la suite
Au bac, « les langues vivantes devraient être évaluées en contrôle continu », selon Jean-Michel Blanquer (ex-Dgesco)

Il faut « réformer [le bac] sur la base d'idées justes », affirme l'ancien Dgesco Jean-Michel Blanquer (1) dans une interview au journal « Le Figaro » jeudi 11 juillet 2013. Le bac devrait ainsi « comporter moins d'épreuves, mieux réparties sur la première et la terminale » et « les langues vivantes devraient être évaluées en contrôle continu ». Mais « si le niveau scolaire se dégrade, ce n'est pas la faute du bac », estime-t-il. Il faut « porter l'essentiel des efforts sur le primaire, en y consolidant les fondamentaux : la phonologie, la grammaire, le calcul », tout en favorisant « une pédagogie vivante ». Quant au politique, il doit adopter « une démarche scientifique où l'on regarde ce qui fonctionne, où l'on ne change pas tout au gré des alternances politiques, où l'on évalue les résultats » des réformes prises antérieurement. Jean-Michel Blanquer rappelle enfin que la création de 60 000 postes dans l'Éducation nationale « n'est pas la bonne approche du système scolaire », l'essentiel étant « de mieux former les enseignants et de mieux les payer ».

Lire la suiteLire la suite