Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

La Société française de physique entend "contribuer à infléchir les dérives de l’édition scientifique"

"Avant l’été 2015, la SFP (Société française de physique), porte-parole des physiciens, devra se positionner de façon précise et déterminée sur deux problèmes de l’édition scientifique", déclare son président Alain Fontaine en signant l’éditorial du dernier numéro de la revue de la société, Reflets de la physique, mis en ligne mi-janvier 2015 : "l’évaluation individuelle du chercheur […], malade de l’usage inapproprié de la bibliométrie", et "le modèle économique de certains journaux et éditeurs scientifiques […], devenu un grave danger pour l’activité de recherche". Il appelle les physiciens à se joindre au "mouvement collectif" devant "contribuer à infléchir les dérives de l’édition scientifique".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Elsevier : plus de 6 000 chercheurs boycottent l'éditeur scientifique en réaction à ses « pratiques commerciales »

Ce sont 6 030 chercheurs qui déclarent boycotter l'éditeur scientifique Elsevier, dont le siège est à Amsterdam (Pays-Bas), selon les chiffres publiés mercredi 15 février 2012 sur le site « The cost of knowledge » (« Le coût de la connaissance »), qui recense « les chercheurs qui prennent position contre Elsevier ». Chacun d'eux y inscrit en ligne son intention de ne plus publier et/ou de ne plus être membre ou rapporteur du comité éditorial des revues de cet éditeur. Sur la page d'accueil du site, les signataires résument leurs motivations : coût « exorbitant » des abonnements, bibliothèques contraintes aux abonnements « par paquets », lesquels « comprennent de nombreuses revues dont en réalité elles ne veulent pas », Elsevier « réalisant ainsi d'immenses profits en exploitant le fait que certaines de ses publications sont incontournables ». Enfin, les chercheurs soulignent le fait que l'éditeur « soutient des mesures telles que Sopa (Stop Online Piracy Act [1]), Pipa (Protect Intellectual Property Act) et le Research Works Act, qui ont pour but de restreindre le libre échange de l'information ».

Lire la suiteLire la suite