Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La MGEN et la MFP contestent le rapport Igas prônant la suppression des délégations de gestion de l'assurance maladie

Les deux mutuelles de la fonction publique, MGEN et MFP, ont réagi cette semaine à la parution du rapport Igas sur les "coûts de gestion de l’assurance maladie", rendu public le 15 décembre 2014. Ces mutuelles contestent l’analyse de l’inspection générale, qui prône dans sa conclusion la suppression des délégations de gestion de la fonction publique pour réduire les coûts de l’assurance maladie obligatoire (lire sur AEF). Les deux mutuelles demandent au gouvernement de "clarifier" sa position quant à ce rapport et sur la délégation de gestion dont bénéficient ces mutuelles pour gérer le régime obligatoire des fonctionnaires.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Un rapport Igas propose des mesures pour réduire de près de 2 Mds d'euros les coûts de gestion de l'assurance maladie

Un rapport de l’Igas – publié le 15 décembre 2014, mais datant de septembre 2013 – propose une série de mesures liées au fonctionnement de l’AMO et AMC, visant à économiser, à l’horizon 2020, près de deux milliards d’euros de coûts de gestion annuels, soit près de 16 % des coûts actuels. Si ces réformes se faisaient sans licenciements dans le régime général et la MSA (mais en jouant sur les départs à la retraite), elles modifieraient toutefois l’organisation générale, en proposant notamment à moyen terme de restructurer la gestion de l’AMO sur les seules Cnamts et MSA. Pour l’AMC, outre le développement de Noémie 3, l’Igas prône une "modération" plus prononcée des frais de gestion. La poursuite de la dématérialisation des processus est aussi vue comme une piste majeure d’économies, potentiellement de près de 542 M€ pour l’AMO, et 344 M€ pour l’AMC et les usagers.

Lire la suiteLire la suite
à découvrir
Prime de fidélité en Seine-Saint-Denis : FO-fonctionnaires dénonce un dispositif de "court terme"

La prime de fidélisation territoriale pour certains agents de l’État travaillant en Seine-Saint-Denis ne règle pas "les problèmes de fond", regrette la FGF-FO, jeudi 29 octobre. Les contours du dispositif ont été précisés par un décret n°2020-1299 du 24 octobre 2020 (lire sur AEF info). Cette prime "de court terme" divise les agents et renforce "l’individualisation", selon le syndicat, qui réclame l’ouverture de négociations pour améliorer la grille indiciaire. L’indemnité de résidence mériterait aussi d’être revalorisée pour les agents qui subissent "des difficultés dans des zones et départements où les conditions de travail et de vie sont très difficiles, matériellement et psychologiquement". Autre défaut pointé par FO, la prime de fidélisation exclut certains personnels comme ceux des routes.

Lire la suiteLire la suite