Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Carle Bonafous-Murat est élu président de l'université Paris-III

Carle Bonafous-Murat a été élu président de l’université Paris-III Sorbonne-Nouvelle au premier tour, avec 21 voix, lors du conseil d’administration du 19 décembre 2014. L’autre candidate à la présidence, Catherine Naugrette a quant à elle totalisé 7 voix. Carle Bonafous-Murat était administrateur provisoire de l’université Paris-III (lire sur AEF), depuis le départ de Marie-Christine Lemardeley nommée adjointe d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris, en charge de l’université, de la recherche et de la vie étudiante, le 5 avril 2014 (lire sur AEF).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Paris-III : l'Aeres salue « une mutation interne ambitieuse dont les premiers effets sont manifestes »

« Paris-III a entamé, au cours du contrat 2009-2013, une mutation interne ambitieuse dont les premiers effets sont manifestes : réorganisation des composantes et des services, restructuration de la recherche, rénovation des formations, réforme de la gouvernance », observe l'Aeres dans son rapport d'évaluation de l'université Sorbonne Nouvelle, daté de décembre 2013. « Cette stratégie volontariste, résolument inscrite dans la perspective d'une alliance partenariale transdisciplinaire au sein du PRES Sorbonne Paris Cité, semble pertinente au regard des résultats observés. » Mais l'agence pointe des « tensions, inévitables (…) liées à l'ampleur et à la durée des changements ». « Les effets positifs, incontestables, se trouvent tempérés par les contraintes immobilières et financières et la volatilité des personnels, y compris dans des fonctions stratégiques », indique également l'Aeres. Dans sa réponse, la présidente Marie-Christine Lemardeley se félicite de cette « évaluation positive ».

Lire la suiteLire la suite