Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Tiers payant généralisé : Claude Leicher compare la mésentente entre AMO et AMC à la guerre entre police et gendarmerie

Invité de la matinale de France Inter mercredi 17 décembre 2014, Claude Leicher, président de MG France, revient sur les raisons de l’hostilité de son syndicat aux conditions de la mise en place du tiers payant généralisé pour les consultations médicales promise par Marisol Touraine qui en a fait un marqueur de gauche de sa politique d’accès aux soins. "Plus de la moitié des généralistes ne sont pas contre le principe du tiers payant et MG France n’est pas contre le principe, ce que nous ne voulons pas c’est de l’obligation et des modalités actuelles qui nous obligent à vérifier le soir ligne par ligne [le remboursement du médecin par l’AMO et les complémentaires]. J’ai pratiqué le tiers payant pendant sept ans, je n’emmènerais pas la profession dans un tiers payant tel qu’il est organisé aujourd’hui et deuxièmement, je ne vois pas pourquoi on le rendrait obligatoire".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Loi de santé : l’Ordre des médecins veut que la réécriture du projet ne soit pas entravée par un flou sur le calendrier

S’il "prend acte", vendredi 12 décembre 2014, du "changement de méthode affiché par le gouvernement" qui s’est traduit dans les faits par un report de l’examen du projet de loi de santé devant le Parlement (lire sur AEF) et l’annonce d’une reprise de la concertation, le conseil national de l’Ordre des médecins a encore une requête à faire. Il demande "qu’aucun préalable ne limite la réécriture en profondeur du projet de loi de santé". Et "insiste vivement" pour que "le calendrier proposé par la ministre soit rapidement publié, pour permettre la réécriture des points incontournables […]" de ce projet de loi.

"Nous restons vigilants sur la portée et l’issue de cette concertation qui doit avoir pour objet une réécriture profonde du texte. C’est la qualité de notre système de santé et d’organisation des soins qui est en jeu", souligne Patrick Bouet, président du Cnom.

Lire la suiteLire la suite