Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Projet de loi de santé : MG France confirme son mot d’ordre malgré l’ouverture d’une "révision générale" du texte

MG France, qui a rencontré Marisol Touraine le 11 décembre dernier dans le cadre de la concertation relancée autour du projet de loi de santé, indique lundi 15 décembre 2014 que la ministre de la Santé "n’a pas semblé entendre les demandes des médecins généralistes, ne revenant pas sur l’obligation du tiers payant, ne renonçant pas à mettre en œuvre l’essentiel des mesures décriées par les médecins". Le syndicat regrette qu’elle ne réponde pas au "défi posé par la baisse démographique" des généralistes et s’insurge "contre l’absence de moyens alloués aux soins primaires contrairement aux intentions affichées par la stratégie nationale de santé." Il "rappelle donc son mot d’ordre de fermeture des cabinets médicaux à partir du 23 décembre et jusqu’au 31 selon les situations locales, et de nouveau le 6 janvier."

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Contestation de la loi santé : MG France veut faire entendre le point de vue spécifique de la médecine générale

Alors que Marisol Touraine annonce mercredi 19 novembre 2014 qu'elle poursuit jusqu'à la mi-décembre la concertation "déjà engagée" autour de son projet de loi examiné en principe au Parlement en janvier 2015 (lire sur AEF), MG France annonce le même jour "réunir le Front généraliste pour la défense de la médecine générale". "Quand bien même la loi de santé serait retirée, la médecine générale n'en serait pas sauvegardée pour autant", affirme le syndicat de généralistes dont son président, Claude Leicher, "n'entend pas laisser disparaître les problèmes spécifiques des médecins généralistes derrière toutes les autres revendications qui se multiplient actuellement".

Ces problèmes spécifiques sont la démographie "en chute accélérée", les honoraires "non revalorisés", des missions "confiées à d'autres professions", une formation continue "en panne" et une "formation initiale sans moyens".

Lire la suiteLire la suite
MG France, déçu par le projet de loi de santé, soutiendra un mouvement revendicatif tarifaire déclenché par la base

Claude Leicher, président de MG France, n'exclut pas jeudi 18 septembre d'ouvrir le "front généraliste" constitué il y a un an (Lire sur AEF) pour peser sur les orientations de la stratégie nationale de santé à d'autres syndicats médicaux, comme la FMF ou Le Bloc, en raison de la déception que lui inspire l'analyse du projet de loi de Santé dans son volet ambulatoire. Il évoque la déception, l'inquiétude, voire la colère qu'il sent monter au sein d'une profession que MG France soutiendra si elle s'engage dans des revendications tarifaires. Depuis la mise en place du médecin traitant en 2004, les missions confiées aux généralistes s'accumulent alors que les moyens ne suivent pas. "Au lieu de conforter le généraliste, le projet de loi de santé continue à dépecer le travail du généraliste", observe Claude Leicher qui cite l'exemple des vaccinations.

Lire la suiteLire la suite