Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°492041

Éric Henry succède à Roger Rua à la présidence du Syndicat des médecins libéraux

Le docteur Éric Henry a été élu président du SML (Syndicat des médecins libéraux), samedi 13 décembre 2014. Il succède au docteur Roger Rua, qu’il a accompagné, en tant que secrétaire général, ces deux dernières années, "pour faire du SML un interlocuteur de premier rang auprès des pouvoirs publics", indique le syndicat par voie de communiqué ce lundi 15 décembre. "Conscient du contexte politique où l’exercice libéral n’a jamais été autant menacé, je souhaite impulser à tous les médecins de France cet esprit de liberté et d’entreprise qui est la marque propre du SML. Cette approche est nécessaire pour représenter dignement les médecins. Il s’agit pour moi de mettre mon expérience et ma conviction au service du Syndicat des médecins libéraux et de tous les libéraux français", a indiqué ce médecin généraliste du secteur 1 à Auray dans le Morbihan (56) sitôt élu.

Âgé de 53 ans, Éric Henry est marié et père de 7 enfants. Diplômé en 1995, le docteur Éric Henry est médecin généraliste du secteur 1 à Auray dans le Morbihan (56). Il est également diplômé en nutrition, depuis 2001. Président de la maison médicale de garde d’Auray depuis 2004, président de la Fédération bretonne interprofessionnelle de santé depuis 2010 et secrétaire de l’URPS Bretagne depuis 2011, Éric Henry poursuit son engagement depuis plus de 12 ans au sein du SML.

Membre actif, il est cadre syndical du SML depuis 2005 et occupe les fonctions de secrétaire général du SML de 2012 à décembre 2014, aux côtés de son prédécesseur le docteur Roger Rua.

Le nouveau président du SML travaillera aux côtés de deux secrétaires généraux, William Joubert, généraliste au Mans, et Philippe Vermesch, spécialiste en stomatologie à Saint-Raphaël. Dans la dynamique impulsée par les trois derniers présidents, Éric Henry a pour ambition de :

  • Renforcer la synergie entre tous les généralistes et tous les spécialistes ;
  • Poursuivre le développement de l’inter-professionnalisation des soins, en respectant l’exercice libéral de chacun ;
  • Améliorer le parcours et la qualité de prise en charge des patients, dans le respect mutuel de toutes et de tous ;
  • Adapter l’organisation de notre système de santé aux réalités du terrain en déployant l’initiative libérale dans la proximité des soins ;
  • Négocier une nouvelle convention à la hauteur des nouveaux besoins de l’exercice des médecins libéraux.

 

à lire aussi
L'assemblée générale du SML rejette l'avenant n°8. Le syndicat promet son aide aux confrères « injustement » attaqués sur leurs dépassements

Le SML « ne valide plus la signature de l'avenant n°8 à la convention médicale » et il « fera tout pour défendre les confrères injustement attaqués » sur leurs compléments d'honoraires. C'est ce que déclare en substance lundi 18 février 2013 Roger Rua, président du SML, l'un des trois syndicats signataires de l'avenant n°8 traitant de l'accès aux soins, des dépassements d'honoraires et du contrat d'accès aux soins. Au lendemain d'une assemblée générale, qui se prononce aux deux tiers contre la validation de cet avenant, il indique ne disposer, d'après ses avocats, d'aucun moyen juridique pour pouvoir obtenir l'annulation de ce « simple avenant » à la convention médicale de juillet 2011. Il estime pour autant que « l'avenant n°8 n'est pas qu'un simple avenant », comme peuvent l'être les avenants n°9 et 10 signés la semaine dernière par trois syndicats (1), puisqu'il « répondait à une commande politique qui était de porter atteinte au secteur à honoraires libres ». « C'est d'ailleurs pourquoi la signature brutale et sous contrainte est si mal passée » chez les adhérents des syndicats signataires, excepté chez MG France « qui a d'autres ambitions de changement du système de santé avec la stratégie nationale de santé ». Quant au « Bloc », non signataire de l'avenant n°8, représentant des chirurgiens et praticiens du bloc opératoire, il a déposé un recours pour excès de pouvoir contre l'arrêté du 29 novembre portant approbation de l'avenant.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Isabelle Moreau, journaliste