Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Procès Xynthia : l’ancien maire de La Faute-sur-Mer écope de quatre ans de prison ferme

Le tribunal correctionnel des Sables d’Olonne (Vendée) a rendu son jugement, vendredi 12 décembre 2014, dans le procès de la catastrophe Xynthia, qui avait fait 29 morts à la Faute-sur-Mer dans la nuit du 27 au 28 février 2010. Considérant que les élus avaient "intentionnellement occulté" les risques pour "ne pas détruire la manne" que représentait l’urbanisation, il condamne l’ancien maire de la commune, René Marratier, à quatre ans de prison ferme, et son ex-adjointe à l’urbanisme, Françoise Babin à deux ans ferme. Le fils de cette dernière qui dirigeait le syndicat chargé de l’entretien des digues, écope de 18 mois. Tous trois ont annoncé qu’ils faisaient appel, et un nouveau procès devrait se tenir d’ici à la fin 2015. Relaxe, en revanche, du directeur adjoint de la DDTM.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Xynthia et inondations du Var : la Cour des comptes dénonce une « véritable soif de construire » sur des « territoires vulnérables »

« Systèmes d'alerte peu efficaces, dispositifs de prévention insuffisants, protection défaillante des zones bâties, pratique incohérente de rachat de maisons par l'État. » Telles sont les observations de la Cour des comptes dans son rapport intitulé « Les enseignements des inondations de 2010 sur le littoral atlantique (Xynthia) et dans le Var », publié jeudi 5 juillet 2012 (1). Si la Cour relève que « des progrès ont été enregistrés dans certains domaines » depuis « ces deux catastrophes », elle considère qu'ils doivent « être complétés et inscrits dans une véritable stratégie nationale face aux risques d'inondation ». En effet, « la gravité du risque susceptible de menacer certains secteurs […] était exposée dans plus d'un document, mais elle n'a été ni appréhendée ni prise en compte autant que cela eût été nécessaire », estime la Cour, évoquant la « véritable 'soif' de construire » dans ces territoires « vulnérables » soumis à une forte pression démographique, « entretenue par les propriétaires et les promoteurs et relayée par les élus locaux ».

Lire la suiteLire la suite
Xynthia : « le plan de submersions rapides est aujourd'hui opérationnel » (MEDDTL)

Le PSR (plan de submersions rapides relatif aux digues) « est aujourd'hui opérationnel, avec des avancées concrètes sur chacun de ses axes », assure le MEDDTL. Il tire le bilan, sur son site internet, des actions de l'État, deux après le passage de la tempête Xynthia qui a frappé l'Hexagone dans la nuit du 27 au 28 février 2010. Le ministère affirme que « de manière générale dans chaque région concernée par l'après Xynthia, un programme de PPR [plans de prévention des risques] prioritaires a été établi » et que les préfets ont identifié les communes pour lesquelles un PPR littoral doit l'être également, dans un délai de trois ans. « Ces plans bénéficieront des données de topographie fine en cours d'acquisition dans le cadre d'une convention passée entre le MEDDTL et l'IGN (Institut national de l'information géographique et forestière). »

Lire la suiteLire la suite
Des règles d'urbanisme pertinentes mais insuffisamment appliquées dans les zones inondables (analyse)

« L'arsenal juridique existant est tout à fait suffisant pour prévenir le type de catastrophe que l'on vient de vivre. Il faut d'abord faire en sorte de l'appliquer plutôt que de prôner la mise en place de nouvelles règles », déclare à AEF Habitat et Urbanisme, Jean-Marie Bécet, ancien professeur de droit public à l'université de Bretagne occidentale et auteur de plusieurs ouvrages sur l'urbanisme littoral (1). Des propos qui sont en contradiction avec le souhait de voir « durcir les règles de construction dans les zones inondables et derrière les digues » exprimé par la secrétaire d'État chargée de l'écologie, Chantal Jouanno, le 1er mars 2010, suite à la tempête Xynthia qui a fait une cinquantaine de morts et ravagé de nombreuses habitations en Vendée et en Charente-Maritime. Le président de la République, Nicolas Sarkozy, avait souhaité le même jour qu'une réflexion soit engagée sur les plans d'urbanisme et les permis de construire, plaidant pour ne « pas transiger sur le droit à la sécurité »(AEF Habitat et Urbanisme n°274583). Pour Jean-Marie Bécet, l'État doit d'abord faire appliquer les dispositions prévues par la loi littorale votée en 1986 et la loi du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l'environnement, dite loi Barnier, qui crée le PPRI (Plan de Prévention des Risques inondation) avant d'envisager une évolution de la réglementation.

Lire la suiteLire la suite