Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

20 000 habitants est "un seuil pertinent et nous sommes prêts à enrichir notre texte sur les dérogations" (A. Vallini)

"C’est un seuil pertinent et nous sommes prêts à enrichir notre texte sur les dérogations en ajoutant des critères pour rassurer les élus", déclare le secrétaire d’État à la Réforme territoriale, André Vallini, dans une interview à AEF (1), à propos du relèvement du seuil de création des intercommunalités à 20 000 habitants, prévu par le projet de loi Notre, dont l’examen a débuté au Sénat. "Étant moi-même élu d’un département de montagne, je sais bien que dans certaines parties de l’Isère, [ce] seuil est inatteignable sauf à créer des intercommunalités s’étendant sur des espaces démesurés", fait-il valoir. Au sujet de la baisse des dotations de l’État aux collectivités, il assure que "d’un mal peut toujours sortir un bien". "Des difficultés que rencontrent les élus locaux, que je ne sous-estime pas, peuvent sortir des façons de gérer autrement et des remises en cause salutaires."

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Projet de loi Notre : le point sur les rapporteurs au Sénat et les prochaines auditions de la commission des lois

La commission des lois du Sénat auditionne, jeudi 13 novembre 2014, dans le cadre de ses travaux sur le projet de loi portant nouvelle organisation territoriale de la République, quatre associations d’élus : l’ADF, l’ARF, l’AMF et l’ADCF. Le texte, dont les deux rapporteurs désignés sont René Vandierendonck (PS, Nord) et Jean-Jacques Hyest (UMP, Seine-et-Marne), sera débattu en séance publique à compter du 16 décembre, après avoir été précédemment examiné par la commission des lois, saisie au fond. Par ailleurs, plusieurs autres commissions ont nommé des rapporteurs pour avis sur ce dernier volet de la réforme territoriale défendue par le gouvernement.

Lire la suiteLire la suite