Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Capacités d’accueil : "l’université de Bordeaux n’a pas le choix" (A. Braquelaire, VP-CFVU)

Le CA du 5 décembre 2014 de l’université de Bordeaux a voté des capacités d’accueil dans cinq filières (psychologie, sociologie, Staps, MIASHS et Paces), ce que dénoncent la fédération d’étudiants Aliénor et les élus d’Inter’Assos dans un communiqué du 8 décembre. Selon eux, "des alternatives sont possibles" avec "la réorganisation des effectifs étudiants en plusieurs groupes" ou une "meilleure utilisation de l’outil numérique". Pour sa part, interrogé par AEF le 15 décembre, Achille Braquelaire, VP-CFVU à l’université de Bordeaux, souligne que les capacités d’accueil revotées cette année sont anciennes et que certaines ont même été augmentées. Il admet toutefois que le tirage au sort induit par ces dispositifs est "une aberration" mais estime que "l’université n’a pas le choix" et prône "une priorité d’accès" pour certains étudiants.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L’Unef estime à 33 le nombre d’universités pratiquant une sélection illégale. La CPU nie toute illégalité

L’Unef publie un "classement des 33 universités qui pratiquent une sélection illégale", de la licence au master, mercredi 16 juillet 2014, en même temps que son dixième "palmarès" des établissements pratiquant des frais d’inscription illégaux (lire sur AEF). L’an dernier, pour la première fois, l’organisation étudiante publiait un "palmarès des licences sélectives illégales". L’Unef fait également un point sur la réduction des capacités d’accueil, qui entraîne "un parcours du combattant pour les bacheliers" souhaitant poursuivre des études supérieures. Elle demande aux recteurs "d’organiser des commissions académiques, comportant des représentants étudiants". Réagissant à ces accusations, Gilles Roussel (CPU) indique à AEF que toutes les pratiques mentionnées sont visibles sur APB, un site géré par le ministère, qui dès lors "aurait réagi s'il y avait quelque chose d'illégal".

Lire la suiteLire la suite