Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

50 prix de 10 000 euros chacun décernés par la Chancellerie des universités de Paris à de jeunes chercheurs

La Chancellerie des universités de Paris (1) récompense mardi 2 décembre 2014, lors d’une cérémonie à la Sorbonne, 50 jeunes docteurs de toutes nationalités, issus des 17 universités et de 5 grands établissements d’enseignement supérieur d’Île-de-France. Ils reçoivent chacun 10 000 euros pour "l’excellence de leurs travaux de recherche." À ces 50 prix s’ajoutent 5 prix de thèse en droit privé "André Isoré" de 2 000 euros chacun. La désignation des lauréats s’est effectuée en deux temps : "d’une part à l’issue d’un premier choix effectué par les établissements, d’autre part à l’issue du choix de l’un des 26 jurys spécialisés par discipline et par prix, chaque prix reposant sur un ou plusieurs legs." Les jurys sont composés d’une centaine d’enseignants-chercheurs désignés par leur établissement ainsi que des membres de l’Institut ou des représentants des grands corps de l’État.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Chancellerie de Paris : Francois Weil défend une « structure administrative efficace et économe des fonds publics »

François Weil, recteur et chancelier des universités de Paris, salue la décision de Geneviève Fioraso de ne pas suivre la recommandation de la Cour des comptes concernant la suppression de la Chancellerie (AEF n°474868). Il explique dans un entretien à AEF les raisons pour lesquelles il est « convaincu de l'utilité de cet établissement public », une « structure administrative efficace et économe des fonds publics ». « La Chancellerie est un lieu indispensable de concertation et de programmation des opérations d'intérêt commun aux universités parisiennes, notamment le plan campus », explique le recteur. Il précise d'ailleurs que « lors de la dernière séance du conseil d'administration de la Chancellerie, les treize présidents d'université ont adopté une résolution à l'unanimité demandant le maintien de la Chancellerie et saluant la qualité de sa gestion ».

Lire la suiteLire la suite
La Cour des comptes recommande de « supprimer la Chancellerie des universités de Paris ». Geneviève Fioraso refuse

« La Cour des comptes invite les pouvoirs publics à dépasser les réflexes conservatistes et corporatistes qui ont empêché les trente chancelleries universitaires sur le territoire, devenues toutes inutiles, de disparaître », déclare Didier Migaud, premier président de la Cour, à l'occasion de la publication du rapport annuel 2014 de l'institution, mardi 11 février 2014. La Cour des comptes recommande en effet de « supprimer l'établissement public de la Chancellerie des universités de Paris », notant que son « résultat d'exploitation apparaît structurellement déficitaire depuis 2005 ». « Une réforme de fond ne peut plus être différée, et un simple ajustement statutaire serait insuffisant », écrivent les magistrats. Une préconisation que refuse la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans sa réponse à la Cour. François Weil, recteur et chancelier des universités de Paris, précise dans un entretien à AEF les raisons pour lesquelles il estime nécessaire le maintien de l'établissement public (AEF n°474862).

Lire la suiteLire la suite